3 octobre 2022
spot_img
AccueilIdéeY a-t-il un responsable pour mettre fin à la bureaucratie de l’état...

Y a-t-il un responsable pour mettre fin à la bureaucratie de l’état civil de la commune d’Oran ?

Mauvaise gestion administrative et incompétence

Y a-t-il un responsable pour mettre fin à la bureaucratie de l’état civil de la commune d’Oran ?

Gestion opaque, bureaucratie, petites chefferies… Le fameux service public de l’état civil de la commune d’Oran ne cesse de faire parler de lui. « C’est un véritable goulot et un véritable monstre bureaucratique », s’insurge sur un temps fou furieux une citoyenne victime d’absence de mention légale dans son acte de naissance. « Décidément, la crise est née de mauvaise gestion des bureaux de l’état civil, surtout du dysfonctionnement de la qualité de service de son personnel », nous rétorque, d’un autre côté, un sexagénaire déçu, quand à lui aussi, par une erreur de mention liée à la négligence dans la tenue des registres.

L’APC d’Oran est l’un des exemples qui confirme l’échec sur le plan de sa gestion administrative face aux procédures les plus tentaculaires.

Témoin d’une scène quelque peu grotesque ayant eu lieu il y a quelques jours au sein des services de l’état civil de Medina Djedida. Entre 10h et 11h, une longue file de citoyens attend pour se voir délivrer ses documents originaux de divers types, quand soudain les trois guichets situés au comptoir « numéro 13 » se vident, l’une pointe et l’autre décampe sous l’œil complices des responsables. L’attente dure et les gens commencent à s’impatienter. Ni agent et ni conseiller pour rassurer ces derniers. Tantôt sourire, tantôt rire jaune, tantôt nerfs à vif, et tout le monde s’interroge, la colère monte, et ceux qui dirigent ils s’en foutent. « À qui faut-il s’adresser pour déclarer un décès? » se plaint, encore, un quadragénaire bouleversé par le deuil de son père.

- Advertisement -

On nous a habitué à ces conditions abjectes, tant et si bien que notre conscience tend à assimiler cet état de fait en estimant que c’était normal, comme partout. Certes et malheureusement, c’est l’image affligeante d’un aspect de la réalité quotidienne et le vécu du citoyen algérien. Pourtant une mise en service des registres nationaux d’état civil a permis désormais au citoyen de se faire délivrer, où qu’il soit, et par voie informatique et rapide, son document sollicité. A-moins-que le personnel en charge est incapable d’en assumer sa responsabilité.

Est-il nécessaire de mettre en place à l’avenir un comité de surveillance au sein des services publics de l’état civil pour contrôler l’incontrôlable et d’éviter le chaos qui menace cet établissement ? Est-il possible, encore, de mettre fin à ce dysfonctionnement lié à l’insuffisance de compétences…!?

La situation qui prévaut dans les bureaux de l’état civil pour le recensement et la délivrance des pièces administratives nécessaires à l’existence de base des gens a atteint le seuil de l’intolérable, comme c’est le cas malheureusement du centre de Medina Djedida où le siège se transforme en une industrie alimentée par des petits chefs qui abusent de leur petit pouvoir de nuisance pour empoisonner nos vies déjà assez dures avec l’anarchie qui règne dans ces lieux.

Enfin, ce n’est ni la première, et ni la dernière fois, que l’on enregistre ces multiples scandales qui secouent le bureau des services de l’état civil de la commune d’Oran. A qui appartient le pouvoir exécutif ici, qui décide ici, et contre qui se plaindre..!?

A moins qu’il existe un maire qu’on a élit et qui sera en mesure de finir avec ces fléaux qui gangrènent la société.

Auteur
D’Oran, Nour El Yakine Ferhaoui

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Codes communal et de wilaya : définir les responsabilités des élus

Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du Territoire, Brahim Merad a affirmé, lundi à Alger, que la révision des codes...

Les plus populaires

Commentaires récents