30 septembre 2022
spot_img
AccueilIdéeA comme Algérie (23)

A comme Algérie (23)

L’OMS et les vaccins

A comme Algérie (23)

V comme vaccin (II)

Le vaccin a de beaux jours  devant lui comme tout produit destiné à la masse. On parle de 50 vaccins  à l’étude contre l’asthme, la diarrhée du voyageur, certains cancers, des toxicomanies, l’ulcère d’estomac, l’hypertension, la carie dentaire, le sida …(Groupe suisse)  Pourquoi  pas un vaccin contre la peur ? Parce que c’est la peur qui pousse un parent à vacciner son enfant et la peur qui l’oblige à faire le contraire. Et au fond de lui-même, il lui arrive, comme le Groupe d’experts, de se demander si ces vaccinations massives et précoces ne sont  pas responsables de l’inquiétante augmentation des autres maladies.  Des maladies infectieuses, on est passé aux « maladies évitables par les vaccinations ». Et les princes régnants du trust pharmaceutique, comme les nomme Jean Ziegler dans l’Empire de la Honte, s’attribuent  des salaires jusqu’à deux chiffres de millions d’euros / an.  Alors que la malaria, qui est la maladie la plus répandue dans l’hémisphère sud, n’était pas concernée puisqu’elle touche une population pauvre, non solvable.  Il a fallu l’hostilité de plus en plus grande de l’hémisphère nord envers les vaccins, pour  que les princes se souviennent du continent maudit qu’est l’Afrique avec ses habitants pauvres et malades  végétant au-dessus d’un sous-sol riche qui assure leur solvabilité. L’OMS est là pour  les recommandations, ânonnent  les ministres de la Santé.  Mais cette Organisation a changé, nous ne sommes plus dans les années 70 où elle faisait de la prévention, se souciait  de l’environnement, réagissait aux besoins non à l’offre. Ses finances venaient des contribuables, les contribuables. De nos jours, elle a d’autres maitres. Privatisée à 80 % et comme toute démocratie qui se respecte, les 20 % étatiques obéissent à la majorité. Lors du fiasco du vaccin AH1N1, Le Point.fr va jusqu’à s’interroger : « L’OMS dans les griffes des lobbyistes ? »  L’UE a parlé de graves lacunes et conflits d’intérêts. D’après Wikipédia,  «selon sa constitution l’OMS a pour objectif d’amener tous les peuples du monde au niveau de santé le plus élevé possible, la santé étant définie…comme un  «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consistant pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. »  Paroles de son directeur général, l’Ethiopien Tedros Adhanom qui a commencé par choisir,  Mugabe comme  ambassadeur de bonne volonté de l’OMS. Dictateur, depuis 1980, du Zimbabwe, la Bonne Volonté de l’OMS se soigne à l’étranger ainsi que toute sa famille. Tandis que le S.G. de l’OMS, du temps où il était ministre de la Santé de l’Ethiopie, dissimulait des épidémies  de choléra qui ont causé plusieurs centaines de morts, d’après le New York Times.

La Régence, qui va se soigner à l’étranger, douée aussi  pour dissimuler les épidémies de choléra, a donc de fortes chances de gérer, un jour, l’OMS qui est pour la santé ce que la FIFA est au sport-roi. Ce n’est pas facile de reconnaitre  une épidémie de choléra quand on est ministre de la Santé. Avec entrain  Wikipédia précise d’où vient l’argent de l’OMS : « Financements : …en partenariat avec 80 groupes (ONG, industries pharmaceutiques et fondations caritatives telles que la Fondation Bill-et-Melinda-Gates et la Fondation Rockefeller.) » Bill Gates est le principal bienfaiteur de l’OMS et  d’après Le Point.fr, l’un des plus grands promoteurs des OGM dans le monde.  En janvier 2005, Bill Gates a donné 750 millions à une organisation qui lutte pour la vaccination la GAVI où on retrouve des laboratoires pharmaceutiques, l’OMS, l’Unicef..  

- Advertisement -

Margaret Chan, deux fois élue à la tête de cette Organisation confirme : « les pratiques financières actuelles font de l’OMS une organisation fondée sur les ressources et non sur les résultats. L’argent dicte ce qui est accompli. » Bien placée pour recommander la vaccination obligatoire et massive à son pays, la Chine. Et c’est un tribunal chinois qui condamne  GSK à payer une amende de 378 millions d’euros pour avoir versé 388 millions de pots-de-vin à des médecins et officiels chinois (Challenges.fr).  Pourquoi corrompre pour vendre un produit qui va sauver un pays dont la politique est l’”enfant unique” ? Ghislaine Lanctôt, parle d’un système de maladie et non de santé : « En remontant l’échelle hiérarchique du pouvoir décisionnel de la médecine, on trouve, tout en haut, Dr Rockefeller : les banquiers mondiaux propriétaires des multinationales pharmaceutiques et technologiques…qui exigent des profits à n’importe quel prix …en utilisant l’OMS comme paravent. » Donc c’est l’argent, non la santé  qui fait courir les « vaccinateurs » y compris en Algérie où les hôpitaux algériens les plus fiables  se trouvent en France. On l’a compris, si cette dernière boude le gaz de schiste, les OGM de Monsanto, et les vaccins combinés Windows -Gates, tout ce bazar à la Dracula  se retrouve tranquille chez les ex indigènes qui ne se sont même pas débarrassés des maladies moyenâgeuses. En enquêtant sur  la générosité de Bill Gates qui est partenaire en Afrique avec Monsanto, la sociologue McGoey de l’université de l’Essex déclare : « Honnêtement, je ne peux évaluer les bienfaits qu’ils ont apportés (le couple Gates) et c’est ça qui est effrayant ». Dans la revue médicale The Lancet, des chercheurs affirment n’avoir pas réussi à voir plus clair. Les faits leur donnent raison puisque depuis 16ans que le couple Monsanto-Gates est en Afrique et malgré leur générosité par millions, le continent est plus malade plus affamé et plus instable qu’avant. Pourtant, la Fondation Gates possède 1,5  milliard d’actions des laboratoires qui détiennent tous les brevets des molécules essentielles. Sans oublier les 23 millions de dollars d’action (2010) de Monsanto, des actions dans l’industrie des armes, de la finance, du pétrole, … (6)

Le Gardian et Novethic citant les travaux de Grain.org, une ONG pour une agriculture respectueuse de la biodiversité, nous démontrent  pourquoi Bill Gates est à Mère Theresa  ce que l’aspartame est au miel bio.  Le 1e  groupe qui bénéficie le plus de la Fondation  Gates ce sont des organismes internationaux :  BM (Banque mondiale) , l’AGRA (Alliance pour une Révolution Verte en Afrique, inspirée par l’ancien Secrétaire général de l’ONU, Kofi  Annan,  et financée par la Fondation Gates et Fondation Rockefeller),  l’AATF (Association des Administrateurs Territoriaux de France)  et  CGIAR ( Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale) fondé par la BM et qui a fait la Révolution verte en Asie. Que du beau monde !

Le 2e, groupe bénéficiaire de « Saint-Bill » ce sont des organisations de laboratoires et d’entreprises à 80 %  basées aux USA et en Europe, à peine 10 % en Afrique.

 Selon Grain.org, la Fondation est pyramidale : le chef et les autres. Sans surprise, les agriculteurs africains clôturent la chaîne. Ils ont les mêmes  revendications que leurs homologues algériens et ukrainiens : plus de moyens scientifiques et plus d’union. Tel un rêve Monsanto : espace et pesticides sans limite. La Fondation  expérimente même sur place un vaccin contre le sida, l’Ebola, la malaria… au point où l’Afrique inaugure le faux carnet de vaccinations (7).  Quel traumatisme ont subi les mères africaines  pour éviter le vaccin à leurs bébés, cadeau de l’Oncle Bill. Nous sommes dans la case des sous-humains, en cas de problème à quel tribunal s’adresser ? Big Pharma  est tenu par 4 noms : (le français Sanofi, l’anglais GSK,  Pfizer et Eli Lilly USA)  avec des études scientifiques financées principalement par FDA (Agence américaine des produits alimentaires et des médicaments).  Même le président Trump, caméléon dans ses convictions, reste constant dans son hostilité aux vaccins et aussi impuissant que Mr tout le monde : « Dans ma jeunesse, l’autisme n’était vraiment pas un problème. Et maintenant tout à coup, nous avons affaire à une pandémie. » Aux USA, une mère a plus de chance d’avoir un enfant autiste qu’un génie puisque la probabilité de ce dernier est de 1/50 et pour  le premier, 1/45. Durant la campagne présidentielle,  madame Trump a déclaré : « Vaccinez vos enfants, disent-ils. C’est absolument sans danger. Le seul problème c’est que ces « ILS » ne font pas vacciner leurs propres enfants. »  (8)  Qui mieux qu’elle peut le savoir…  Qui sont les provaccins et les antivaccins ? D’après les mass-médias, les premiers sont des experts qui ont à cœur de préserver  l’espèce humaine, les seconds de dangereux « complotistes » qui veulent son extermination.  La France, championne du vaccin obligatoire, habituée aux scandales médicaux, ne  trouve pas plus de 200 médecins pour un appel à la vaccination. Elle aurait pu puiser dans le lot des migrants. D’après  l’Ordre de  la République, de 2010 à 2017 seulement, l’Algérie lui  a fourni 4800 toubibs. Signalons que les signataires de l’appel pro-vaccin sont tous de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé, d’éminents scientifiques, des chercheurs  des laboratoires, des directeurs d’hôpitaux et des experts que les medias s’arrachent.  Quelle ingratitude quand on estime qu’une marque médicale peut payer en nature, pour un seul médicament, 1,5 million d’euros pour convaincre les assermentés d’Hippocrate français. Un vaccin pour une  maladie lui rapporte pas moins de 1,5 milliard d’euros /an en France. En comparaison, le porte-étendard des anti vaccins, le professeur  Henri Joyeux, radié depuis 2016,  recueille 1,5 million de signatures dans sa lettre au Président français et à la ministre de la Santé pour dénoncer une vaccination obligatoire insensée. Les autres pays se montrent plus prudents et plus efficaces politiquement parlant. La Suisse préfère recommander et ses laboratoires offrent la possibilité aux chercheurs français  d’analyser la dangerosité d’un vaccin.  Sous la pression populaire, la Suède  a interdit les vaccins obligatoires les jugeant anticonstitutionnels. Le Japon n’a pas hésité à interdire le Gardasil, le fameux vaccin contre le cancer de l’utérus qui a détruit  la vie de dizaines de milliers de jeunes filles…

En Belgique,  où certains politiciens n’ont pas trouvé mieux que de conseiller aux garçons ce vaccin qui contient de la mort-aux-rats (le borax) , un seul  vaccin est obligatoire celui de la polio.  En Chine, on a vu comment le géant britannique GSK s’y est pris. Quant à la Russie, c’est le méchant Oncle Sam qui joue au Père Noël. « Faites l’amour, mais pas la guerre » est devenu faites le commerce et feignez de faire la guerre. C’est les USA qui ont financé le programme de vaccination de la Russie contre l’hépatite B. La Russie se montre meilleure élève que la Chine et plus chanceuse que la France : 11 vaccins obligatoires dans le secret et ose les nanoparticules (Nanotech). Nous sommes carrément dans la 5eme dimension.  Poutine est vraiment sous le coup de foudre et l’Association des pédiatres russes le pousse à sanctionner les parents récalcitrants…  Et dire qu’avant que les deux médecines ne s’acoquinent, les déçus de la médecine occidentale allaient en Chine, aux Indes, au Japon, à Cuba, en Russie…pour une médecine plus humaine. Grosso modo, le vaccin c’est mourir de cancer pas du tétanos, mourir du diabète pas de la tuberculose, mourir de la pollution pas de la polio, mourir dans un attentat non de la grippe, mourir du cancer du sein pas de celui du col de l’utérus, mourir de la prostate, non de l’Hépatite B, mourir du chômage pas de la fièvre jaune, mourir de malbouffe, pas du cholera, mourir de mal-vie, pas du « mal-vacciné ».  Au point où l’Algérie effondrée direction l’enfer, parole officielle,  se rappelle au bon souvenir du vaccin. Hier, l’argent coulait à flots et dans les  journaux on parlait de bébés morts par manque de vaccin. Pour les parents chanceux d’atteindre l’élixir, la  chaine dés l’aube, le carnet fourni à l’avance et encore mieux,  un petit  piston par-ci par-là. On était convaincu,  pas de vaccin, pas de vie pour le nouveau-né.   De nos jours, pas de flouss, mais la baraka vaccinale est assurée à l’avance.  Seulement les géniteurs  voient ce qui se passe en France et en Europe, ils ont peur que leurs  rejetons  remontent fissa au Paradis à la suite d’une « overdose » halal. Telles les « vierges sacrifiées » au vaccin du col de l’utérus ( Gardasil), en Occident. L’Etat évoque le complot comme l’Etat Kenyan au sujet du vaccin contre le tétanos qui provoque des fausses couches. De guerre lasse, on peut ânonner bêtement : à qui profite le crime ? A la maladie ou au vaccin qui la bloque/ débloque ?  L’OMS  insiste pour vendre le « miracle » et le pays, au bord de l’enfer, a les millions d’euros pour soulager sa conscience avant même de lancer la planche à billets pour payer les fonctionnaires. L’Algérie qui a laissé son système de santé s’effondrer avant elle, promet d’assurer  la vaccination de tous les bambins  avant la fin de l’année avec la bénédiction de l’Organisation.  Quand on voit les sociétés primitives vivant en symbiose avec la nature, minces, musclés, en bonne santé, ignorant tout d’Hippocrate,  on voit le miracle au naturel. Contrairement au miracle scientifique qu’il  faut imaginer avec notre obésité, notre diabète, notre tension, notre cancer, nos antidépresseurs, notre pollution et  notre hantise perpétuelle de tout et de rien.

Alger suit Paris qui a un président, ex-banquier et  une  ministre de la Santé, ex employée des laboratoires  pharmaceutiques.

Sultane et suivante.  Comme d’habitude,  la campagne française de vaccination semble bien impliquée.  En Algérie,  pot-de-vin ou pas, caisse vide ou pas, il y a la grotte d’Ali Baba du sous-sol, vaccin contre or ;  il y en a de toutes les couleurs. Comme le mercure dont il raffole, le précieux métal  a tendance à empoisonner son nid avant de s’envoler.  Et le ministre n’a pas trouvé mieux que d’accuser les directeurs d’écoles d’avoir semé la suspicion en exigeant la signature parentale. Comme si on était en Finlande où le directeur et les parents à eux seuls forment un ministère de l’Education. De là à former celui de la Santé, c’est une autre affaire. Cet acharnement booste le doute et en Occident,  cette fuite vers les indemnisations sous la pression populaire, affole.  Au Canada, un tribunal accorde 61 millions de dollars pour indemniser un enfant victime. En Italie, un tribunal indemnise à vie un enfant autiste à la suite du vaccin Infanrix hexa etc.

 Aux  USA, 142 millions de dollars à débourser pour l’Administration des Ressources et des Services de Santé pour la seule demi-année fiscale de 2017. On estime que le gouvernement américain a versé près de 3,6 milliards de dollars pour les victimes «… à partir de 2017, il y a eu au moins 63000 enfants dont la santé aurait été endommagée par les vaccins en  Amérique. Mais les médias insisteront sur les 48 enfants qui ont eu la rougeole au Michigan (9)). On estime le nombre des victimes  100 à 1000 plus important. Les causes :-  le médecin fait généralement le nécessaire  pour décourager les parents-  S’ils ont l’argent pour l’avocat, ils doivent attendre de 2 à 10 ans la décision du « tribunal spéciale »- Les effets néfastes de la vaccination peuvent mettre plusieurs années à se manifester- le rejet de la requête…En Italie, après 25 ans, une victime a réussi à se faire indemniser…  Lors du fiasco du vaccin AH1N1,  un journaliste français demande à une Mme tout le monde pourquoi  elle a refusé  de se faire vacciner. Réponse : « J’ai demandé à mon médecin de famille s’il s’était  vacciné ;  il m’a répondu non ». Les toubibs profitent et  boudent le vilain petit vaccin. Pourtant, il suffit  de vacciner enfants et petits-enfants des dirigeants politiques et médicaux en direct à la télé  sous l’œil d’un huissier assermenté pour résoudre le problème. C’est important un vaccin s’il est sans danger et capable de protéger un enfant. Aucun parent ne peut être en désaccord avec un Bill Gates quand il dit aux Etats à Munich de « se préparer  à une pandémie comme ils se préparent à la guerre » (10) Mais il faut d’abord avoir la certitude que les enfants Gates sont protégés du mal de la même façon  que ceux de la populace. Leur héritage ne sera que plus fabuleux…  Les effets secondaires graves des vaccins ne seraient pas de 1 pour 1 million, mais 1 sur 10 selon le VAERS (système officiel américain de recensement) des moins de 6 ans. Question : Pourquoi les médecins ne se soulèvent  pas ? Une minorité l’a fait, elle a payé le prix. Pour la majorité, elle a  peur de perdre son gagne-pain, ses avantages. Savent-ils au moins quelque chose du vaccin à part l’injecter et empocher les honoraires ? Le Dr Saluzzo Directeur de la Production des vaccins viraux de Sanofi Pasteur et  consultant de l’OMS, tout sourire, explique que personne ne sait comment fonctionnent les vaccins qui ont fait des millions de morts et qu’il faut continuer à les fabriquer et les injecter aux autres (11) . Il dit exactement ce que disent les anti-vaccins à une seule différence près.

Mais les politiciens qui prennent en otage la population veillent au grain d’or.   Hippocrate a dit : « ce qui produit le mal qui n’est pas, guérit le mal qui est. » Vérification par le docteur Hahnemann, fondateur de l’homéopathie qui s’est aperçu que le quinquina, utilisé pour guérir de la malaria, provoque les mêmes symptômes chez une personne  qui n’a pas cette maladie. Pas étonnant qu’un corps sain se retrouve malsain en s’abritant sous le mauvais esprit.  Pourquoi on parle du corps médical non de l’âme médicale, s’interroge Lanctôt  : « Ai-je raison ou tort ? Ni l’un ni l’autre. C’est ma vérité à moi. Je vous invite à trouver la vôtre, à l’intérieur de vous…C’est là qu’elle se trouve et non dans les enseignements du Dr. Rockefeller, pas plus que dans mon livre…quand je ne comprends pas ce qui motive des décisions gouvernementales (car la médecine est un monopole gouvernemental). Je me répète : « Si le gouvernement te dit de tourner à gauche, je tourne à droite. Et s’il te dit de tourner à droite, tourne à gauche. Ainsi, tu ne feras jamais d’erreur. » (12)  Elle parle du gouvernement canadien et américain, là où elle a exercé son métier et où elle a dirigé des cliniques financées par des gens qui lui ont fait confiance avant que Big Pharma ne la transforme en SDF.  Du temps de la guerre froide,  un savant soviétique  a donné au commandant d’un sous-marin sept souriceaux non sevrés pour les noyer un par un à l’aide de tubes lance-torpilles durant 15 jours. Les horloges du laboratoire et du sous-marin furent synchronisées. Sept pics de l’encéphalogramme de la génitrice, restée sur le continent,  furent constatés  à l’instant précis de la mise à mort de ses petits. Moins paranormale est l’inquiétude ressentie par une mère qui va vacciner son bébé en bonne santé. Inculper un petit mal pour éviter le grand et prier d’éviter la fatalité de l’impossible risque zéro. Pendant que les promesses mirifiques de la médecine moderne nous explosent dans les boyaux, les vaccins s’occupent du cerveau  au berceau.  

Pas étonnant que l’OMS prophétise que désormais, elle allait s’attaquer aux maladies mentales qui pèsent  trop sur le budget des Etats, 1000 milliards de dollars/an. Question débattue avec  la BM (Banque mondiale)  avec ce constat : un dollar dépensé pour les nerfs rapporte 4 dollars et une urgence médicale sur 5 est causée par le stress  (13). Pas étonnant de finir comme la vache folle puisqu’on a, en plus, pensé à mettre des tissus de fœtus  humains avortés dans le vaccin … (Suite)

M.M.

Notes

(1) : Qui Aime bien, Vaccine peu (Groupe médical de réflexion sur les vaccins, les médecins généralistes pédiatres et homéopathes : Françoise Berthoud, Pascal Büchler, Nathalie Calame, François Choffat, Jean-Paul Ecklin et Michel Georget)

(2) -: Vincent Fischette de l’Université Rockefeller New York

(3):  Inde ( British Medical Journal, mars 2001

( 4):  CDC (Centers for Disease Control and Prevention)

( 5 ): Show Tucker Carlson : invité RFK Jr.  

(6) : Mediapart (  05/09/2014)

(7) : Le Monde Afrique (20/02/2017)

(8) : 13/11/2016 Source: initiativecitoyenne.be

(9) : Source : Natural. News 11/05/2017   

(10) : Le Monde ( 20/02/2017)

(11) 16/01/2013 Source : initiativecitoyenne.be

(12)Ghislaine Lanctôt (La mafia médicale, entretien avec  Vents Croisés)

(13) : Rencontre organisée OMS-BM (13 /04/ 2016 Washington (USA).

 

Auteur
Mimi Massiva

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Est-ce la fin du SILA ? 

En lieu et place du salon international du livre à Alger, 176 festivals sont officiellement accrédités aux quatre coins du pays. Se dirige-t-on vers la disparition du...

Les plus populaires

Commentaires récents