1 février 2023
spot_img
AccueilCultureBrahim Izri, un parolier à succès

Brahim Izri, un parolier à succès

Brahim Izri

Même si Brahim Izri est plutôt connu en tant que parolier -il a notamment composé « Ecteduyi » et « Tizi-Ouzou », deux grands succès de feu Idir- il a, à son actif, de nombreuses autres compositions telles Anelhu, Baba Bahri, Sani sani (un mélange exquis de deux succès d’Akli Yahiatene et Cheikh el-Hasnaoui), ou encore D’acu-yi, une mélodie chaouie agréable et entrainante.

Biographie (*)

Brahim Izri est né le 12 janvier 1954 à Aït Lahcen, commune d’Ait Yenni, et mort le 3 janvier 2005 à Paris, emporté par un cancer fulgurant.

Durant son enfance, Brahim Izri est emmené par son grand-père écouter les chants religieux de la zaouïa de Sidi Belkacem dans la région d’Ait Yenni. À l’adolescence, il fonde avec deux de ses amis de lycée, Naït Abdelaziz et Aziz Berrahma, le groupe Igudar (les aigles) durant la période où de nombreux chanteurs et groupes sont engagés dans le combat culturel, linguistique et identitaire berbère, à l’exemple de Isulas, Inasliyen, les Abranis, Imazighen Imoula et Idir. 

- Advertisement -

Pendant les années 1970, il a été guitariste d’Idir avant d’entreprendre une carrière solo et enregistrer ses premiers albums. 

En 1999, il chante avec Idir et Maxime Le Forestier « Tizi-Ouzou », une adaptation du tube « San Francisco ».

Brahim Izri ou la nécessité de remettre les pendules à l’heure (1) 

 

Dans ses textes se retrouvent les thèmes sur la défense des droits des femmes et de l’égalité hommes-femmes.

L’un de ses plus grands succès en solo est sans doute « D acu-yi » (Qui suis-je) dont nous vous proposons l’écoute et la transcription originale. Une musique sur fond de mélodie Chaoui. Un signe d’affection et d’estime envers nos cousins Amazighs de l’Est.  

D acu-yi     

Cerrg-eɣ iḥerqan

Lexla yettak-iyi i wayeḍ

Neggezɣ i yifran

Aḍar i ḥuderɣ yecceḍ

Tabaεeɣ iberdan

M kulwa anda i yissaweḍ

Armi d iyi-nnan

Kečč-i d aɣrib a temteḍ

Alarmi d iyi-nnan

Kečč-i d aɣrib ar temteḍ

Alarmi d iyi-nnan

Kečč-i d aɣrib ar temteḍ

D acu-yi Ah

D acu-yi Ah

D acu-yi Ah 

D acu-yi Ah 

 

Bdiɣ lxedma

Aṣurdi yettawi-d gma-s

Ḥemmeln-iyi meṛṛa

Zzin-iyi-d am salas

Temẓi d nniya

Fkan-t umeɣbun ayla-s

Armi d iyi nna

Ayla-w amzun d ayla-ines

Alarmi d iyi nna

Ayla-w amzun d ayla-ines

Alarmi d iyi nna

Ayla-w amzun d ayla-ines

D acu-yi Ah 

D acu-yi Ah 

 

Lǧib-iw yexla

Ur faqeɣ d yiman-iw

Taguni berra

Mḥasabeɣ d ṛṛay-iw

Waleɣ amek akken

Beddaɣ akw medden ttqaṛaεn

Tuɣel ger-asen

Ala imenɣi d iwuɣan

D acu-yi Ah

D acu-ten

D acu-yi Ah

D acu-ten

(*) Voir le bel hommage qui lui est rendu par Jeune Afrique en 2005, lors de sa disparition : 

https://www.jeuneafrique.com/99311/archives-thematique/brahim-izri/

 

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

L’armée française va se retirer du Burkina Faso

Selon une source au ministère des Affaires étrangères jointe par RFI, la France a reçu mardi des autorités burkinabè la demande de retrait de...

Les plus populaires

Commentaires récents