3 juillet 2022
spot_img
AccueilPolitiqueContrat Sonatrach/ENI : dans la continuité de la ligne Ould Kaddour 

Contrat Sonatrach/ENI : dans la continuité de la ligne Ould Kaddour 

ould Kaddour

Il y a moins de 2 ans, en mars 2020, un tapage médiatique autour du fameux gazoduc Sonatrach/ENI, réalisation  très controversée que de nombreux spécialistes et responsables  l’ont refusé à leur époque comme une arnaque au détriment des réserves de Sonatrach à moyen terme et qui s’ajoute au passif d’Ould Kaddour.       

1- Ce n’est pas la première fois qu’on a recours à ce trappage médiatique SH/ENI

Ce gazoduc conduit des  gaz associés, dit –on qui devaient être réinjectés pour le maintien de la pression et exploités par le mastodonte seul dans 10 ans après le départ du groupe italien. 

D’abord la société italienne qui a manifesté  sur son site (01) le deux mars 2020 son intérêt particulier pour ces gaz associés qu’elle destine pour l’exportation à la fois pour faire plaisir et gagner la confiance du PDG de Sonatrach qui fait des ponctions dans pratiquement  toutes les régions au détriment de la maintenance des gisements. Ensuite, l’italienne affiche clairement son intention d’exporter ce gaz pour implicitement concurrencer Sonatrach car le contrat du bassin 403 ne contient pas la fameuse clause gaz  à l’instar des autres associés.

Après coup, un communiqué du groupe Sonatrach sur son site relié par l’APS et plusieurs journaux nationaux (02) qui reprennent  fidèlement son contenu mais tentent d’envoyer un message fort à l’opinion publique  comme « un exemple à capitaliser», car le projet gaz de Berkine Nord apportera une production journalière de 6,5 millions de mètres cubes de gaz et 10 milles barils de liquides associés. Il s’agit concrètement d’une bricole d’environ 350 millions  de dollars par année partagée entre les deux associés.

2- Zoom sur la genèse de l’accord Sonatrach/ENI sur le bloc 403

- Advertisement -

 Qu’en est-il exactement selon les anciens responsables en poste ?  Cette idée a déjà émise par ENI en 2012 et même avant car l’italienne  a toujours voulu valoriser son Asset du bloc 403, comme il y a eu une chute de production elle espérait récupérer les gaz très riches en liquides pour  amortir  ces investissements. En 2016 cette question  a été encore soulevée,  mais Sonatrach ne l’a pas prise en considération car elle était très préoccupée par le  niveau de la récupération de Bir Rebaa Nord (BRN) et Bir Rebaa Sud Ouest. Ces 2 champs sont en principe concernés par le maintien de pression par injection de gaz miscible, il y a un volume de 20 milliards de m3 à récupérer.

Ce projet ne nécessitait aucun investissement mis à part le pipe de 185 km et récupérer cette capacité en milliards de m3 qui vont servir à maintenir et sauver les installations de Menzel Ledjmet Est (MLE) qui sont en limite de fonctionnement et ce sont des gaz très riches en GPL et condensat dépassant les 180 grammes par m3.  

Sonatrach considérait cet investissement à partager entre Sonatrach et ENI  comme  au profit entièrement de l’italienne donc soit qu’elle prenne en charge son problème soit qu’elle abandonne le site et Sonatrach s’en charge seule en effort propre. 

En 2017, Ould Kaddour s’est conformé aux orientations qu’il a ramenées dans ses bagages et poussé avec son équipe par cette euphorie de vouloir augmenter les recettes pétrolière en vendant le maximum de volume de gaz même au détriment du profil de production des gisements existants. Il s’agit de faire des recettes pour montrer une économie prospère et faire passer Bouteflika pour lequel il est venu.

Il faut rappeler que même Anadarko entre 1999 et 2001 avait formulé une demande similaire pour la récupération du gaz du bloc 404 mais Sonatrach avait refusé car le mastodonte est partenaire certes, mais pas pour régler les problèmes techniques qui se posent individuellement aux multinationales présentes dans le territoire Algérien parce qu’elle a aussi ses propres soucis.

Là où on est arrivé maintenant est qu’ENI va récupérer les gaz contenant les liquides avec les 3 blocs additionnels obtenus par cet accord dans le même projet qui lui permettra de recouvrir tous son investissement au détriment du trésor public Algérien. Est-ce vraiment là un exemple à capitaliser ?

3-Quelles sont les hypothèses qui étayent cette arnaque ?    

La première est  manifestement le fait que de nombreux exemples de la présence de l’ENI dans le monde ont montré que la justice italienne notamment le tribunal de Milan a toujours intervenu lorsqu’il dispose d’éléments pour venir en aide aux sociétés italiennes qui opèrent à l’étranger. On se rappelle de l’issue de la plainte de la communauté du Nigeria « Ikebiri » contre le groupe ENI qui opère dans son pays en 2017. La cession en 2015 par le même groupe d’un gisement de gaz découvert au large de l’Egypte pour ne citer que ceux là, alors pourquoi pas l’Algérie ?

La deuxième hypothèse pourrait être liée au contexte même de cet accord. Il est passé durant la période d’Abdelmoumen Ould Kaddour lui-même coaché par Chakib Khelil qui avait un dossier de corruption au tribunal de Milan qui pourrait être monnayé avec un abandon des charges contre l’ancien ministre  de l’énergie et son complice Farid Bedjaoui.

En effet, le 20 janvier 2020, le tribunal de Milan en première instance a confirmé la relaxe de la maison mère  ENI et de son patron Paolo Scaoni ainsi que Farid Bedjaoui, l’homme de confiance de Chakib Khelil lui-même blanchi.

La troisième serait cette histoire de la réalisation du gazoduc sous une procédure accéléré qu’on veut lui coller un jargon ad hoc « fast track » alors qu’elle est un affolement et une panique de nombreuses multinationales présentes en Algérie suite aux événements du hirak qui a réussi à annuler le cinquième mandat de Bouteflika et précipiter la chute d’Ould Kaddour qui constituait leadership de leurs lobbies en Algérie.

Il y avait d’abord ExxonMobil qui a décidé à surseoir à son installation en Algérie, la française Total qui a changé sa stratégie en multipliant les projets pour viser de prendre le monopole de l’activité pétrolière en Algérie enfin Anadarko qui s’est proposé en 2016 non seulement de développer les ressources non conventionnelles mais de proposer de forer 1000 puits dans le gaz de schiste et prendre en charge toute la logistique, il suffit uniquement de lui créer un port-sec dans les régions à développer, s’est mise après le 22 février 2019 a céder l’ensemble de ses actifs d’abord à Chevron puis à Occidental Petroleum en catimini.    

Rabah Reghis

Renvois

(01)- https://www.eni.com/en-IT/media/press-release/2020/03/eni-sonatrach-complete-gas-pipeline-brn-mle-fields-berkine-algeria-fast-track-project.html                                     (02)-https://l.facebook.com/l.phpu=http%3A%2F%2Fwww.aps.dz%2Feconomie%2F102464-sonatrach-annonce-la-realisation-du-gazoduc-reliant-bir-rebaa-nord-et-menzel-ledjmel

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Le pétrole, cet autre opium du peuple

    Le pétrole est une chose inviolable sur terre, personne n’y touche sans risquer de recevoir les foudres de Satan. Pris dans le tourbillon du...

Les plus populaires

Commentaires récents