16 juillet 2024
spot_img
AccueilA la uneEmmanuel Macron : seul !

Emmanuel Macron : seul !

Emmanuel Macron, le monarque républicain, a pris une décision seul, il se retrouve maintenant seul. En son pouvoir souverain et sans partage, le roi avait joué la France en un coup de poker, il l’a fracassée.

Il voulait une majorité absolue, il a pulvérisé son parti. Il voulait la stabilité institutionnelle de son pouvoir, il se retrouve face à un risque de désordre encore pire qu’il ne l’était auparavant.

La France est passée à côté du désastre, le parti xénophobe n’a pas la majorité absolue tant espérée par lui. Mais je souhaiterais me prononcer avec une parole extérieure à la liesse des partisans et électeurs qui se sont mis en barrage pour contrer la peste noire de l’histoire.

Malgré cette première victoire, pour autant le combat n’est pas tout à fait gagné et la lourde responsabilité du Président Emmanuel Macron est toujours d’actualité à ce jour. Car le tremblement de terre qui n’a pas eu lieu risque à tout moment de surgir.

La porte a été fermée au loup mais il n’a pas fui, il est encore plus fort et attend son heure. Pourquoi un tel pessimisme, ou une réserve ? Car la joie qui s’exprime n’est en fait qu’un soulagement que le RN n’ait pas obtenu la majorité absolue. Elle n’a pas encore laissé place à la raison qui va lui remettre le regard sur la réalité.

- Advertisement -

Cet article ne veut pas lancer un froid et ternir la fête mais il faut revenir à cette réalité que le soulagement occulte pour le moment. Regardons les résultats avec les yeux de la raison et analysons le comment et le pourquoi un homme a tenté une telle folie.

Le Rassemblement National a perdu ?

Je n’ai peut-être pas compris l’arithmétique. Il avait 89 sièges et en attendant la confirmation définitive, il en aurait maintenant entre 113 et 148. Curieuse défaite.

Le camp présidentiel comptait 245 sièges, il se retrouve avec une estimation entre 157 et 174. Le Président a porté un coup fatal à ce qu’il restait encore de viable dans le parti qui l’avait porté au pouvoir. Le RN n’attendait que cela, c’est déjà un obstacle qui n’est plus sur son chemin pour la suite.

Quant au grand gagnant de ces élections, Le Nouveau Front Populaire, il engrange entre 178 et 205 députés. Le NFP, ce n’est pas celui dont les membres s’écharpent avec des noms d’oiseaux et qui se sont mis d’accord en quatre jours avec des tas de bisous ? Pourtant les longs gourdins cachés derrière leur dos sont visibles à un kilomètre. Un siècle de bagarre dans la gauche et quatre jours pour une réconciliation, ce n’est pas un mariage précipité ?

Le dernier mariage que la gauche avait célébré datait du début du règne de Mitterrand. Il avait fini rapidement par un divorce violent.

C’était une folie que cette dissolution que personne ne comprend. Comment pouvait-il concevoir qu’un peuple qui venait juste de s’exprimer se renierait en une poignée de semaines ?

Il a joué la France par un coup de poker, elle n’a pas été ruinée, a évité la catastrophe mais  hypothéqué ses chances dans un avenir incertain.

Une déraison incompréhensible

Il n’avait prévenu personne si ce n’est informer la Présidente de l’Assemblée Nationale et le Président du Sénat comme l’impose la constitution. Ils n’avaient aucun pouvoir de bloquer sa décision. De plus il ne les avait avertis que très tardivement, à vieille de sa décision.

Puis la colère de la classe politique comme de la population s’était manifestée dès l’annonce de d’une dissolution incomprise et dangereuse. Aucun espoir qu’elle ne cesse désormais.

Les électeurs ont réussi à rattraper son énorme bêtise mais le pourront-il  éternellement contre une force populiste qui enfle dans toute l’Europe. Peuvent-ils encore lui faire confiance ?

Commençons par décrire qui est l’homme de cette folie.

Jupiter redescend de l’Olympe

L’image du dieu mythologique et son règne absolu est assez classique et nous pouvons la reprendre à bon compte. C’est d’ailleurs le Président Emmanuel Macron lui-même qui souhaitait être un « Président jupitérien » dans un entretien en 2016 accordé au magazine Challenges au moment de sa conquête du pouvoir.

Ses deux prédécesseurs avaient eux aussi été poursuivis par une qualification qui collera à leur image. Nicolas Sarkozy avait été « l’hyper-président », celui qui avait théorisé qu’il  fallait « créer chaque jour un événement pour que chaque jour nécessite une intervention de la parole présidentielle ». Il était partout, se mêlant de tout et ne laissant aucun espace d’intervention à son gouvernement. C’est pourtant exactement ce que fera Emmanuel Macron.

Quant à François Hollande, il s’est qualifié lui-même de Président « normal » pour se démarquer de l’exubérance de son prédécesseur. Emmanuel Macron, son ministre de l’économie, avait vécu une normalité du Président qui avait provoqué la fronde de ses partisans et le harcèlement des journalistes qui ont fini par l’étouffer (en amplifiant le rejet populaire à son égard) jusqu’à son abandon d’une nouvelle candidature.

Il voulait se démarquer des deux autres Présidents mais il a créé une déclinaison commune en devenant  un «  hyper président anormal ».

Le syndrome du premier de la classe

La montée fulgurante d’un homme jeune et sa stupéfiante réussite en si peu de temps pour devenir Président de la république avait été jugée comme exceptionnelle. L’homme avait été salué dans son exploit et une route lui était désormais tracée.

Selon ses propres mots, il voulait « gouverner autrement », sortir du tunnel de la « vielle politique » et mettre fin aux blocages des partis politiques qu’il avait connus avec François Hollande face à la crise des « frondeurs » de son propre camp.

Il voulait intégrer la France dans le mouvement mondial de la « Start-up nation », redonner à la France sa capacité à s’ouvrir au monde, à créer les conditions de sa modernité et sortir du traditionnel combat historique et stérile entre la gauche et la droite.

Il voulait des « premiers de cordée », c’est-à-dire placer au sommet de la pyramide ceux qui ont la capacité de créer, d’innover et d’entraîner un « ruissellement vers le bas », c’est-à-dire au profit des autres.

Il avait cru que c’était l’excellence qui gouvernait le monde. Il avait oublié que si cette dernière était indispensable par le dynamisme d’une jeunesse diplômée et la compétence de hauts cadres, il fallait un projet politique qui crée les conditions d’adhésion et d’entrainement d’une société. Il avait cru qu’un pays se gouvernait comme une entreprise.

Le pouvoir et la solitude du Prince

Goethe affirmait que « la solitude est enfant du pouvoir » et Machiavel que « le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument » (Le Prince, 1513). 

Bien entendu, pour Emmanuel Macron on doit écarter la corruption dans le sens de l’appropriation matérielle illégale mais de celle de l’esprit.  

On peut également dire que la lourde responsabilité et les décisions quotidiennes importantes pour gérer les affaires de l’Etat nous rapprochent d’une seconde affirmation de Goethe « toute production importante est l’enfant de la solitude ».

On doit écarter l’image du pouvoir isolé dans le Palais de l’Elysée. « La république est dans ses meubles » disait Mitterrand lorsqu’il avait reçu des chefs d’état à Versailles. Tous les édifices prestigieux ont été la propriété de la noblesse de sang et d’argent, construits par le fruit du labeur et du talent du peuple.

Installer les hommes du pouvoir républicain et leurs administrations dans ces palais est la marque de la magnificence de l’Etat, donc celle du peuple.

Cependant on peut reprocher à tous les Présidents de la cinquième république d’être envoutés par la puissance qui les isole davantage. Tous les intimes et compagnons qui ont permis au Prince d’accéder au pouvoir ont vécu avec le temps son éloignement progressif et un enfermement dans sa certitude d’être la source de développement et de la protection du pays.

Et maintenant, que peut la solitude ?

Une remarque préalable, cet article est rédigé avant qu’une décision soit prise par Emmanuel Macron. Qu’importe, d’une part il est peu probable que la décision soit prise demain et par ailleurs, cela permet d’analyser toutes les options possibles dans une telle situation.

Une seconde dissolution ? La Constitution ne le lui permet pas avant un an.

La démission ?  Emmanuel Macron a déclaré qu’il ne l’envisage pas. Et puis, c’est donner les clés de la Présidence de la république à Marine le Pen en considération du mode de scrutin.

Un gouvernement de techniciens ? Il le pourrait, comme en Italie, mais ce n’est pas la culture politique française. Certains prétendent que la seule exception fut le Premier ministre Raymond Barre mais ils ont oublié que celui-ci avait des ancrages politiques et une expérience d’élu, maire de longue date de la ville de Lyon, troisième métropole de France. Si l’image du technicien lui a collé à la peau c’est parce qu’il fut un grand professeur d’économie (le plus grand disait-on à cette époque).

La recherche d’une coalition majoritaire qui lui serait favorable ? À constater l’effort immense pour la gauche de construire le Front Populaire alors que les positions politiques de chacune des composantes sont aussi éloignées que les étoiles entre elles. La coalition ne tiendrait pas plus longtemps que les promesses du menteur. J’ai bien peur que la gauche ne s’enthousiasme trop tôt et commence sérieusement à retrouver le chemin de l’unité. Il est loin d’être atteint en cette soirée de victoire.

La nomination du leader du parti majoritaire ? L’usage le voudrait mais le plus gros parti en sièges est le Rassemblement National. Il faudrait alors comprendre le leader de la coalition majoritaire. Il aurait donc le choix, selon cet usage, entre Bardella et Mélanchon. Pour une vistoire stable et durable, j’ai connu plus stable.

Nommer un Premier ministre en dehors des partis majoritaires ? Dès la première motion de censure, il serait balayé comme une feuille au vent d’automne.

Utiliser tous les autres pouvoirs que lui confère la constitution ? Ils sont puissants mais il serait alors obligé de refuser tous les textes gouvernementaux ou du Rassemblement National. Le  blocage permanent est-il dans le rôle de la fonction, de son intérêt et de celui de la France pendant une année, avant la prochaine dissolution ?

En conclusion, donner les clés à un jeune premier de la classe qui n’avait aucun parcours politique (dans le sens du militantisme), aucun parti politique enraciné dans les territoires et aucun projet que celui du rêve chimérique de détruire l’existant, c’était assurément donner un gros jouet à un enfant gâté.

Il l’a fracassé.

Boumediene Sid Lakhdar

6 Commentaires

  1. Tout à fait d’accord avec votre analyse.une zone de fortes perturbations s’annonce en France,et pour l’extrême droite,ce n’est que partie remise,surtout quand les divergences à gauche vont commencer..

  2. On voit que vous n’appréciez pas Macron, c’est votre droit, mais il me semble que c’est une décision de démocrate et plus intelligente que vous le pensez !
    1 – les résultats de l’élection européenne était une victoire pour le rn et une défaite pour renaissance et les autres partis !
    En conséquence en tant que démocrate il fallait dissoudre l’assemblée parce que celle ci ne correspondait plus à l’opinion de l’électorat !
    2 – c’est un pari peut être ? mais en cas de victoire du rn, il valait mieux avoir le rn en tant que gouvernement pendant 3 ans que d’avoir une présidente rn car celle ci aurait plus enclencher l’article 16 de la constitution, celui donne des pouvoirs exceptionnels au président de la République !

    • Non seulement c’était mon opinion au départ mais mieux encore, j’étais persuadé que l’entrée au pouvoir du RN le discréditerait pour longtemps.
      Mais le pari était trop fort. Dans ce cas il aurait été plus raisonnable d’en faire un débat avec la classe politique et son Premier ministre.
      Ce qu’il a fait est un acte isolé qui correspond tout à fait à son caractère .
      Je ne le déteste pas, je l’accuse.
      C’est dans une cours de récréation qu’on déteste quelqu’un, j’ai passé l’âge.
      Amitiés

  3. Je critique tres souvent les Francais. Ravi d’avoir l’opportunite’ de les FELLICITER pour une fois. Par Francais, je veux bien dire LA POPULATION, qui non seulement a fait, probablement contre leurs interets respectifs, mais MOBILISE’E en Force pour dire NIET a la bigoterie et a un racisme primaire de complexe’s qui ne dit son nom. Comme ici aux USA, il se pose un probleme d’ANARCHIE IMMIGRATOIRE, plutot qu’un d’IMMIGRATION.
    Si Macron s’est retrouve’ dans la situation dans laquelle il s’est retrouve’, cote’ Assemble’e incontrollable et une representation a l’UE qui le neutralisera, c’est a cause de ses manoeuvres politiciennes. Il joue au ptit zinzin et il perd gros. par jouer au petit zinzin je fais reference a son projet de relance economique CON. Pas les projets, comme l’Industrie Militaire et le Nucleaire entre-autre, mais sa NON-Reconnaissance que la SOLVABILITE’ necessaire pour acceder aux financements necessaires(Prets) est celle de TOUTE LA FRANCE ! EMprunter au nom de TOUS les Francais, pour financer quelques groupes majeurs, fait de ces Francais-la, des ACTIONNAIRES, et leur donne DROITS AUX INTERETS IMMEDIATS de ces projets-la… Le Macron semble dire aux Francais « soyez heureux qu’il y aura des retombe’es economiques pour vous », c.a.d. « vous aurez des jobs, jusqu’a la mort ! » – Et les Francais lui repondent… »Oui vive la mort, LA TIENNE !!! » Et par « les Francais », enttendez la Masse Active, celle qui travaille et contribue.

    Cette perception, c.a.d. consideration qu’il et certain Francais, ils la filtrent en la dirigeant envers les seuls IMMIGRE’S capable d’apprehender, de comprendre et leur langue et leur culture… LES AFRICAINS. Ils sont rentables des le jour J1, au travail.
    MInable !!! La France avec ses acquis et CAPITAL INTELLECTUEL ET HUMAIN merite mieux. Il aurait dut PARLER AU NOM DES FRANCAIS en negotiant avec les Groupes Industriels, c.a.d. en position forte, et il a choisi de faire le contraire . . . Il a essaye’ de negotier au nom de ces Groupes avec l’Assemble’e, qui a bien signifie’ le NIET !
    Ce qui le sauve est le Jacobinisme, qui empeche de faire peter l’abces, c.a.d. lui IMPOSER de deguager et qu’un President clairement a gauche ou a droite serait choisi. Cela aurait cause’ de reduire la gouvernance a coups de 49.3 et servirait de niveler le terrain, c.a.d. mesurer l’efficacite’ d’une politique economique de gauche ou de droite qui aurait emerge’ avec le nouveau President. Ce n’est qu’a ce moment-la qu’une election parlementaire aurait ete’ utile.

    Cela dit, s’il ne change pas de cap, c.a.d. COOPERER avec la nouvelle majorite’, c.a.d. revisiter tous ses agreements avec les groupes industriels, la France se retrouvera dans une situation PIRE !!!

    La gauche qui prettend que l’economie sera relance’e avec de lourds programmes sociaux, risque de faire face a un echec cruel dans 3 ans et ouvrir les portes de l’Elysee au RN. Ce qui est tres probable, des lors que la consommation interne represente 50% de l’economie certes, mais ne GENERE PAS D’EMPLOIS PROFITABLES, c.a.d. qui augmenteraient le PIB. Les Industries Militaires et Energetiques(nucleaires) quand a elles, c’est de l’Export Pur, c.a.d. la reduction de la dette !!!

    Mais, qui sait, peut-etre qu’ils decouvriraient des gisements de Petrole dans le pas-de-calais !!!!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents