23 juin 2024
spot_img
AccueilA la uneGaza : 40 morts dans une frappe israélienne contre un hôpital

Gaza : 40 morts dans une frappe israélienne contre un hôpital

Un hôpital de la bande de Gaza a fait état jeudi de la mort d’au moins 40 personnes dans un bombardement contre une école de l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens, l’armée israélienne revendiquant cette frappe qui visait « une base du Hamas ».

Les images des enfants et des femmes victimes des bombardements israéliennes sont plus insupportables les unes que les autres. L’enfer tombe chaque jour depuis octobre sur le peuple de Gaza.

Après huit mois de guerre dans le territoire palestinien, déclenchée par une attaque sans précédent du mouvement islamiste le 7 octobre sur le sol israélien, des bombardements israéliens ont touché plusieurs secteurs du centre de la bande de Gaza ainsi que Rafah, dans le sud, selon des sources hospitalières et des témoins.

« Des avions de combat de l’armée (…) ont mené une frappe précise sur une base du Hamas située à l’intérieur d’une école de l’Unrwa dans la région de Nousseirat » (centre), écrit l’armée israélienne dans un communiqué, affirmant avoir éliminé dans cette attaque « plusieurs terroristes » ayant pris part selon elle à l’attaque du 7 octobre.

L’hôpital Al-Aqsa de Deir el-Balah a fait état d’un bilan de 37 morts dans cette frappe.

- Advertisement -

Dénonçant un « horrible massacre », le bureau des médias du Hamas avait annoncé plus tôt au moins 27 morts et de nombreux blessés.

Avant cette frappe, cet hôpital avait déjà reçu depuis mardi « au moins 70 morts et plus de 300 blessés, en majorité des femmes et des enfants, à la suite de frappes israéliennes sur les zones centrales de la bande de Gaza », selon Médecins sans frontières (MSF).

«Insupportable» scènes de mort

« L’odeur du sang dans la salle des urgences ce matin était insupportable. Il y a des gens étendus partout, sur le sol, dehors », avait déclaré sur X Karin Huster, coordinatrice de MSF pour Gaza.

L’Unrwa, qui coordonne la quasi-totalité de l’aide à Gaza, s’est retrouvée au cœur d’une polémique et au bord de la rupture après qu’Israël a accusé en janvier une douzaine de ses 13.000 employés de Gaza d’être impliqués dans l’attaque du 7 octobre.

Cela a conduit de nombreux pays, dont les Etats-Unis, principal bailleur de fonds, à suspendre le financement de l’agence, menaçant ainsi ses efforts d’acheminement de l’aide à Gaza, bien que plusieurs Etats aient depuis repris leurs versements.

La guerre a été déclenchée par l’attaque menée dans le sud d’Israël par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza le 7 octobre, qui a entraîné la mort de 1.194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens.

Sur les 251 personnes emmenées comme otages le jour de l’attaque, 120 sont toujours détenues à Gaza, dont 41 sont mortes selon l’armée israélienne.

En riposte, l’armée israélienne a lancé une offensive meurtrière dans la bande de Gaza qui a fait jusqu’à présent 36.586 morts, essentiellement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.

Outre la frappe sur l’école de l’Unrwa, un médecin de l’hôpital Al-Aqsa de Deir el-Balah a fait état d’un autre bombardement sur le camp de Nousseirat, sur une maison, ayant fait au moins huit morts.

Avec AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents