22 février 2024
spot_img
AccueilMondeGaza sous les bombes, l'aide de l’Unrwa suspendue par nombre de pays

Gaza sous les bombes, l’aide de l’Unrwa suspendue par nombre de pays

Gaza
Les chars israéliens continuent de détruire et tuer les Palestiniens.

Les intenses bombardements israéliens se poursuivent dans la bande de Gaza ce lundi 29 janvier et les tensions demeurent en Cisjordanie occupée. La situation humanitaire dans l’enclave palestinienne est de plus en plus désastreuse, et neuf pays ont jusqu’ici suspendu tout financement futur à l’Agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (Unrwa).

La ville de Khan Younès, au sud de la bande de Gaza, est bombardée sans relâche. Les hôpitaux, sous pression, sont au centre des préoccupations.

Trois militaires américains ont été tués et plus de 30 blessés dans une attaque au drone en Jordanie, contre laquelle le président américain Joe Biden a promis de répliquer dimanche en pointant des groupes pro-Iran. L’Iran réfute toute implication dans l’attaque.

La Cour internationale de justice (CIJ) a déclaré vendredi qu’Israël devait empêcher tout éventuel acte de « génocide » à Gaza.

Peu de temps après, l’Unrwa a annoncé se sépare de « plusieurs » employés accusés par Israël d’être liés à l’attaque du 7 octobre. En réaction, les États-Unis et plusieurs autres États ont annoncé la suspension temporaire des financements à l’agence onusienne.

- Advertisement -

Alors qu’Israël a accusé vendredi douze employés de l’Unrwa d’avoir participé à l’attaque du 7 octobre, neuf pays occidentaux, dont les Etats-Unis, l’Autriche, l’Allemagne et le Royaume-Uni – la France a décidé d’attendre plus d’informations avant de prendre une décision – ont immédiatement suspendu les financements pourtant vitaux à cette agence onusienne, chargée depuis 1949 du sort des réfugiés palestiniens. Elle est devenue le seul filet d’aide humanitaire aux populations de la bande de Gaza bombardées depuis trois mois et demi par l’armée israélienne, alors que la famine menace 40 % des habitants dans ce petit territoire. L’Unrwa a immédiatement rompu les contrats d’au moins neuf employés suspectés – un autre est décédé, et deux n’ont pas été identifiés.

L’Autriche suspend ses paiements à l’Unrwa

L’Autriche suspend ses versements à l’agence d’aide aux Palestiniens des Nations unies dans l’attente d’une enquête complète sur les accusations selon lesquelles ses employés auraient été impliqués dans l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, a déclaré lundi le ministère autrichien des Affaires étrangères. « Nous demandons à l’Unrwa et aux Nations unies de mener une enquête exhaustive, rapide et complète sur ces allégations », a déclaré le ministère dans un communiqué.

La création de l’Unrwa et ses principales missions

L’Unrwa est créée fin décembre 1949 par l’Assemblée générale de l’ONU après le premier conflit arabo-israélien qui éclate au lendemain de la création d’Israël, en mai 1948. Elle a pour mandat de fournir une assistance humanitaire et une protection aux réfugiés palestiniens enregistrés dans la zone d’opérations de l’agence, « dans l’attente d’une solution juste et durable à leur situation ».

Plus de 700 000 Palestiniens ont été expulsés ou ont fui leurs terres entre avril et août 1948 au moment de la création d’Israël, selon l’ONU. Ces personnes, ainsi que leurs descendants, ont le statut de réfugiés. L’Unrwa devient le seul garant par défaut de leur statut international et intervient dans les territoires palestiniens, mais aussi au Liban, en Jordanie et en Syrie.

Quelque 5,9 millions de Palestiniens sont enregistrés auprès de l’agence et peuvent bénéficier de services qui comprennent l’éducation, des soins de santé, des services sociaux, des camps, ainsi qu’un aide d’urgence, y compris en période de conflit armé. Plus de 540 000 enfants étudient dans les écoles de l’Unrwa. Il existe au total une soixantaine de camps de réfugiés gérés par l’agence onusienne, dont dix-neuf en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Dans la bande de Gaza, où le Hamas a pris le pouvoir en 2007, la situation humanitaire était déjà critique avant le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien. Selon des données de l’ONU datant d’août 2023, 63% des habitants souffraient alors d’insécurité alimentaire et dépendaient de l’aide internationale et plus de 80% vivaient sous le seuil de pauvreté. Sur les 30 000 personnes employées par l’agence, 13 000 officient dans la bande de Gaza, réparties dans plus de 300 installations sur un territoire de 365 kilomètres carrés, selon le site de l’organisation.

L’agence onusienne est financée en grande partie par des contributions volontaires des États. En 2022 par exemple, les fonds provenant du budget ordinaire des Nations unies et les contributions d’autres entités onusiennes s’élevaient à 44,6 millions de dollars. Les cinq principaux donateurs sont les États-Unis, l’Allemagne, l’Union européenne, la Suède et la Norvège.

Selon le ministère de la Santé du Hamas ce 28 janvier, 26 422 personnes ont été tuées à Gaza depuis le début de la guerre, le 7 octobre. Les morts sont en majorité des femmes, des adolescents et des enfants. On dénombre plus de 65 000 blessés.

L’Iran réfute toute implication dans la mort de soldats américains en Jordanie

L’Iran a réfuté ce lundi toute implication dans l’attaque au drone ayant tué trois militaires américains en Jordanie et affirmé qu’il ne recherchait pas « l’expansion » du conflit au Moyen-Orient. « La République islamique ne souhaite pas l’expansion du conflit au Moyen-Orient », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Nasser Kanani dans un communiqué, alors que le président américain Joe Biden a promis de répliquer après l’attaque. M. Kanani a réaffirmé que Téhéran n’était « pas impliqué dans les décisions prises par les groupes de résistance sur la manière avec laquelle ils soutiennent la nation palestinienne ». Ces groupes « ne prennent pas d’ordre de la République islamique » et « ils décident de leurs actions sur la base de leurs propres principes », a-t-il insisté. Joe Biden a déclaré savoir que l’attaque avait été « menée par des groupes de combattants radicaux soutenus par l’Iran opérant en Syrie et en Irak » tandis que le chef de la diplomatie britannique David Cameron a appelé l’Iran à « la désescalade dans la région ». De telles déclarations « montrent » que des pays « sont influencés par des tiers, y compris le régime sioniste tueur d’enfants », a réagi M. Kanani, en référence à Israël. Le porte-parole iranien a également estimé que « la répétition de ces accusations sans preuves » était « une conspiration de ceux qui voient un intérêt à entraîner les Américains dans une nouvelle bataille dans la région, à l’expansion et à l’escalade de la crise pour dissimuler leurs problèmes ». Depuis la mi-octobre, plus de 150 frappes de drones ou tirs de roquettes ont visé les soldats américains et ceux de la coalition, en Irak et en Syrie. La Résistance islamique en Irak, nébuleuse de combattants issus de groupes armés pro-Iran, a revendiqué des « attaques menées dimanche à l’aube avec des drones » contre trois bases en territoire syrien, dont celles d’Al-Tanf et de Rukban, toutes proches du point où se rejoignent Irak, Syrie et Jordanie.

Quatre jeunes Kurdes exécutés pour collaboration avec le Mossad israélien

Quatre jeunes Kurdes iraniens, reconnus coupables de collaboration avec le Mossad israélien pour mener des opérations de sabotages, ont été pendus ce lundi matin 29 janvier, dans une prison des environs de Téhéran (cf post de 5h10). Le récit de notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi.

Des dizaines d’hommes armés tués à Gaza, y compris près d’un hôpital

Les forces israéliennes ont tué des dizaines d’hommes armés palestiniens dans la bande de Gaza au cours des dernières 24 heures, dont quatre ont été repérés alors qu’ils se préparaient à tendre une embuscade aux troupes près de l’hôpital Al-Amal, dans le sud de Khan Younès, a déclaré l’armée ce lundi.

Les Houthis affirment poursuivre leurs opérations en mer Rouge

« Les forces armées yéménites continuent d’appliquer la décision d’empêcher la navigation israélienne ou la navigation vers les ports palestiniens occupés dans la mer Rouge et la mer d’Arbie jusqu’à ce que l’agression cesse et que le siège contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza soit levé », a déclaré sur X ce lundi Yahya Saree, le porte-parole militaire du mouvement Houthi au Yémen.

Avec agences

3 Commentaires

  1. C’est bien beau d’être des supporters de la Palestine en arborant des drapeaux et des écharpes ! Il faut passer aux actes en remplaçant les pays occidentaux dans la contribution à l’unwra ! De plus, l’Algérie, #championne du monde des causes justes # doit appliquer la propagande concernant la fameuse Oumma et accueillir tous les # frères # palestiniens exilés !

  2. Toutes ces pseudos-institutions internationales ont été mise en place uniquement dans l’intérêt des occidentaux afin d’agir en toute impunité et à l’inverse de punir les mauvais élèves…ceux qui refusent de se soumettre à leur diktat.
    L’occident porte l’entière responsabilité des crimes perpétrés depuis 1948 à l’encontre du peuple palestinien et ce sous l’œil complice des monarchies arabes,ces traîtres qui resteront maudits à jamais

  3. Eh Oui, il n y à que les gouvernants d’Alger et leurs zbirs qui sont blancs comme neige. Occupez-vous de votre maison avant de regarder ce qui ce passe dehors et surtout très loin de chez vous!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici