31 janvier 2023
spot_img
Accueil360°Kais Saïed plonge la Tunisie dans une crise politique

Kais Saïed plonge la Tunisie dans une crise politique

Kaïs

La Tunisie de Kais Saïed vit une crise politique et économique inédite avec le dernier taux de participation au scrutin législatif inférieur à 9% ? Quel désaveu pour cet autocrate arrivé à la présidence par les urnes avant de s’arroger tous les pouvoirs !

Après l’annonce de ce chiffre, l’opposition a appelé au départ de Kaïs Saïed dont la légitimité est de plus en plus mise à mal. L’homme avait basé sa prise de pouvoir du 25 juillet 2021 sur un péril imminent qui menaçait le pays et le soutien populaire dont il bénéficiait, ayant été élu avec plus de 72% des voix en 2019. Aujourd’hui, ce soutien s’est érodé comme le confirme la forte abstention, aussi liée à la situation économique critique dans le pays. Les résultats préliminaires des législatives doivent être annoncés ce lundi 19 décembre.

Toujours aucun mot du président de la République face au taux d’abstention record pour le dernier scrutin législatif. Mais chez ses soutiens fidèles et aujourd’hui candidats pour certains, pas de crise de légitimité. Des militants de la première heure comme les candidats Faouzi Daas et Ahmed Chaftar, qui sont tous deux en lice pour le second tour, se sont félicités de leurs résultats.

Opposition dispersée

De l’autre côté, l’opposition reste dispersée malgré l’appel du parti Ennahda à rassembler les forces politiques et sociales pour un meilleur futur. Beaucoup sont unanimes sur la nécessaire démission du président Kaïs Saïed, selon eux, et certains préparent même l’après comme le parti Afek Tounes qui réclame la mise en place un gouvernement d’urgence économique.

Mais ces invectives restent pour le moment peu audibles dans un contexte où l’abstention des Tunisiens n’est pas corrélée à une manifestation massive contre Kaïs Saïed ou à une chute vertigineuse de sa popularité. Beaucoup de Tunisiens sont surtout désengagés du fait politique face à des préoccupations économiques qui pèsent de plus en plus lourd. Le secteur du lait prédit une nouvelle pénurie dans les jours à venir. Une tension de plus qui vient s’ajouter à ce contexte post-électoral tendu.

- Advertisement -

A court de liquidités, la Tunisie a signé un accord préliminaire avec le FMI il y a quelques semaines pour un prêt de 1,9 milliard de dollars. Trop peu, estiment les économistes tunisiens qui espéraient le double.

La Tunisie et l’Algérie ont multiplié les échanges de visites depuis quelques mois. L’Algérie a octroyé un emprunt de 300 millions de dollars à son voisin de l’est il y a deux ans. La réouverture des frontières l’été dernier a aussi permis l’arrivée des Algériens pour les vacances. Les positions d’Alger et Tunis se sont beaucoup rapprochées sur plusieurs questions régionales.

L.M./RFI

ARTICLES SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

Les plus lus

Plongée au cœur du champ artistique algérien (1)

  Raccourci pour raison éditoriale, le titre complet est : Plongée au cœur d’un champ artistique algérien réceptif à l’authenticité ritualiste du martyr-héros et des...

Les plus populaires

Commentaires récents