20 mai 2024
spot_img
Accueil360°Le Parlement britannique adopte le projet sur l'expulsion de migrants au Rwanda

Le Parlement britannique adopte le projet sur l’expulsion de migrants au Rwanda

Le Parlement britannique a approuvé dans la nuit de lundi à mardi le projet de loi controversé d’expulsion vers le Rwanda de demandeurs d’asile entrés illégalement au Royaume-Uni. Londres veut faire décoller ses premiers vols vers le Rwanda en juillet.  

Les deux chambres du Parlement britannique ont finalement approuvé le projet de loi, après nombre d’aller et retours. Le Parlement a approuvé dans la nuit de lundi à mardi le projet de loi permettant l’expulsion vers le Rwanda de demandeurs d’asile entrés illégalement au Royaume-Uni, après une interminable bataille entre la chambre haute, réticente face à ce texte controversé, et la chambre basse.

La chambre des Lords, où les conservateurs n’ont pas la majorité, a retardé l’adoption définitive du texte en le renvoyant sans cesse à la chambre des Communes avec des amendements, lesquels étaient à leur tour systématiquement rejetés par les députés. Une manœuvre dilatoire connue sous le nom de « ping pong parlementaire».

« stop the boats »

Annoncé il y a plus d’un an sous le gouvernement de Boris Johnson, le projet d’envoyer au Rwanda les migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni n’a jamais été mis en œuvre. Le gouvernement conservateur espère toujours mettre en place ce texte d’ici aux élections législatives prévues cette année et faire de ce projet le socle de sa politique de lutte contre l’immigration clandestine malgré les multiples condamnations. Lors d’une visite du président Kagame au Royaume-Uni, les deux hommes avaient assuré « que les premiers vols en direction du Rwanda auront lieu au printemps ».

Le Rwanda, un pays sûr ?

Le texte qui a été voté visait à répondre aux conclusions de la Cour suprême, qui avait jugé le projet initial illégal en novembre dernier. En effet, les juges avaient estimé, se basant sur le bilan rwandais en matière de droits de l’homme, que le pays n’était pas un lieu sûr et avaient donc retoqué le texte. De plus, si le Rwanda se présente comme l’un des pays les plus stables du continent africain, son président Paul Kagame est accusé de gouverner dans un climat de peur, étouffant la dissidence et la liberté d’expression.

- Advertisement -

Cette nouvelle loi, adossée à un nouveau traité entre Londres et Kigali qui prévoit le versement de sommes substantielles, définit donc le Rwanda comme un pays tiers sûr.

Et si la navette parlementaire a été si longue, c’est que la chambre des Lords, où les conservateurs n’ont pas la majorité, a voulu exiger que le Rwanda ne soit pas considéré comme un pays sûr jusqu’à ce qu’un organisme de contrôle indépendant le dise. Ils souhaitaient également que les agents, les alliés et les employés du Royaume-Uni à l’étranger, y compris les Afghans qui ont combattu aux côtés des forces armées britanniques, soient exemptés d’expulsion. Mais les Lords ont finalement cédé aux volontés de la chambre des Communes et ont décidé de ne plus amender le texte, garantissant ainsi l’entrée en vigueur de cette loi controversée. Des manifestants tentent de s’opposer à ce projet de loi inédit dans l’histoire de la Grande Bretagne.

Avec AFP/RFI

4 Commentaires

  1. Pourquoi ils ne demandent pas l’asile a la France d’ou ils sont venus ? C’est équivalent économiquement pourtant a la Grande Bretagne, c’est aussi plus grand et plus ensoleillé. Evidemment si quelqu’un arrive illégalement dans n’importe quel pays il est renvoyé automatiquement.

    • Une langue est un véhicule. La majorité des ces migrants parlent l’Anglais de service – une langue mise au point à la fin du XIXe siècle par le colonisateur pour faciliter les échanges avec les autochtones. C’est ce qu’on traduit actuellement par globish ou Anglais commercial appris et utilisé maintenant dans le monde entier.
      Une minorité de migrants, lassés des échecs de traversées tentent leur chance en France encore faut-il qu’ils puissent demander, comprendre et remplir les formulaires qui leurs permettraient de rester sur le territoire. Il faut qu’ils présentent aussi leurs papiers d’identité hélas oubliés au départ, perdus ou détruits… Un anecdote rapportée par un journaliste qui est resté en immersion parmi des migrants à Calais. Il devient ami d’un afghan qui tente depuis plusieurs mois la traversée mais échoue systématiquement. Celui-ci commence d’être connu dans l’endroit qu’il fréquente ; parfois il trouve un travail temporaire qui lui permet de survivre. Une nuit, il réussit un embarquement dans une barcasse approximative ; le journaliste l’accompagne. Plus ils s’approchaient des côtes anglaises plus le visage d’Ahmed, au départ joyeux, s’assombrissait et s’attristait. Le journaliste lui demande : « Mais tu arrives, ça y est, ton avenir est écrit ! » Et Ahmed de répondre : « Je me demande pour quoi je ne suis pas resté en France ; on y mange bien, je m’étais fait des amis, j’arrivais à comprendre ce qu’on me disait et j’avais trouvé un boulot… Qu’est-ce que je viens faire en Angleterre… »
      Si quelque philosophe, psychomachin ou sociotruc, sur un des bords de mare nostrum avait une réponse je suis preneur. Merci.

  2. DERNIÈRE MINUTE: selon Bengrina (l’homme qui prie sur les trottoirs) Bensdira figure en tête de la liste des premiers expulsés vers Kigali (Rwanda). Une information à valider, cependant. Stay tuned!

  3. Comme disent les debankers de l’argent de la corruption « follow the money ! » ou si vous voulez  » A qui ca profite? »

    Qu’est-ce qu’il y a d’activite’ labas sinon « des mines de mineraux et composants rares. » – Ainsi de la nature, c.a.d. un gisement naturel a l’ordinateur de votre ordinateur, voiture, avion, , telephone, machine a laver et j’en passe… C’est tout un parcours. Par example, faut vous demander ou vont toutes terres bruts que les Australiens creusent et ramassent en Algerie. Destination finale c.a.d. RDV Singapore, puis Taiwan, puis la Chine et dispersion vers le reste du monde. A chaque etape, la masse est reduite et le cout augmente.
    Les quelques grammes dans le telephone entre vos mains sont probablement extraits de camions de terre brute et acres de terre massacre’es, eaux pollue’es… et d’ouvriers exploite’s !
    Pour exploiter des centaines et millions de mains souvent nues, cancerer autant de poumons, il faut une necessite’ absolue, c.a.d. celle de nourir des femmes et enfants…Pour avoir tant d’enfants a nourir, il faut avoir autant de femmes et jeunes-filles a pomper comme un cheval. C’est un cercle vicieux… Bref, le Johnson abou du moins les firms qui le sponsorent ont besoin de main-d’oeuvre PAS CHERE !

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents