19 juillet 2024
spot_img
Accueil360°Mohammed VI nomme un nouveau patron de l'armée royale

Mohammed VI nomme un nouveau patron de l’armée royale

Himars
Les Etats-Unis ont livré 18 systèmes de lance-roquettes Himars aux FAR

Le roi Mohammed VI a nommé samedi un nouvel inspecteur général des Forces armées royales (FAR) marocaines, soit le numéro deux de l’armée, le général Mohammed Berrid, dans un contexte de tensions régionales, selon un communiqué du palais royal.

Selon la constitution de ce pays, le roi est lui-même commande les forces armées. Son nouveau numéro deux est l’inspecteur général Mohammed Berid qui remplace le général Belkhir El Farouk, indique le communiqué de l’agence de presse officielle MAP.

« Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a bien voulu nommer le général de division Mohammed Berrid inspecteur général des FAR, commandant la Zone Sud, en remplacement du général de corps d’armée Belkhir El Farouk », précise le bref communiqué relayé par l’agence de presse MAP.

Aucun motif n’a été divulgué pour le remplacement du général El Farouk mais ce dernier est apparu en fauteuil roulant lors de la passation de pouvoir, ce qui laisse penser qu’il s’agit de raisons médicales.

Agé de 75 ans, il occupait le poste d’inspecteur général des FAR et de commandant de la Zone Sud – qui couvre le territoire disputé du Sahara occidental – depuis la mi-septembre 2021.

- Advertisement -

Son successeur, le général Berrid, né en 1955, est lauréat de l’Académie royale militaire, dans les blindés, et « compte une riche expérience militaire d’environ 43 ans dans le domaine de la préparation des forces et de la formation », indique un communiqué de l’état-major général des FAR.

Marié et père de quatre enfants, il est breveté du Collège interarmées de défense (CID) en France. Mohammed Berrid était chargé depuis 2014 de la coordination interarmées au sein de l’état-major des FAR.

Selon la Constitution marocaine, c’est le souverain qui est le chef suprême des armées et cumule les fonctions de chef d’état-major.

L’armée marocaine, en cours de modernisation, compte environ 310.000 militaires et 150.000 réservistes, selon le site spécialisé « Global Firepower ».

Ce changement à la tête des FAR — annoncé le jour de la fête de l’Aïd el-Fitr qui marque la fin du ramadan — survient dans un climat de rivalité exacerbée et de course à l’armement avec l’Algérie.

Au cœur de ces tensions, figure le conflit du Sahara occidental, ex-colonie espagnole, qui oppose depuis 1975 le Maroc au Front Polisario indépendantiste, soutenu par Alger.

Le Maroc, qui contrôle 80% du Sahara occidental, propose un plan d’autonomie sous sa souveraineté pour ce territoire désertique de 266.000 km2 situé au nord de la Mauritanie. Le Polisario, lui, réclame un référendum d’autodétermination sous la surveillance de l’ONU.

Autre pomme de discorde: la coopération militaire (drones, systèmes de défense anti-aérienne) et sécuritaire entre le Maroc et Israël qui s’accélère depuis leur normalisation diplomatique en décembre 2020. Le rapprochement du Maroc avec Israël a fait monter la tension avec l’Algérie.

L’antagonisme entre les deux puissances d’Afrique du Nord alimente également une course à l’armement.

Les Etats-Unis viennent d’approuver un contrat de vente de 18 systèmes de lance-roquettes Himars au Maroc, tandis que l’armée algérienne dépend essentiellement de matériel russe. L’Algérie a doublé ses dépenses de défense en 2023. La défense nationale obtient cette année environ 23 milliards de dollars (3 200 milliards de dinars algériens) contre une moyenne de 10 milliards de dollars les années précédentes. Il y a un an, le site russe spécialisé Inosmi a révélé que l’Algérie a passé une commande pour l’acquisition de l’avion de chasse furtif, Sukhoi Su-57.

L.M/AFP

 

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents