21 avril 2024
spot_img
AccueilMise en avantPedro Sanchez, le chef du gouvernement espagnol, en visite à Rabat

Pedro Sanchez, le chef du gouvernement espagnol, en visite à Rabat

Akhanouch et Sanchez
Le richissime premier ministre marocain Aziz Akhanouch reçoit Pedro Sanchez

Pedro Sanchez, le chef du gouvernement espagnol, était en visite, mardi 21 février, à Rabat au Maroc. Liens commerciaux, sécurité étaient au coeur des discussions,

Deux ans après leur réconciliation, Maroc et Espagne filent désormais en apparence le parfait amour : renforcement des liens commerciaux, sécurité aux frontières, lutte contre le narcotrafic et bien sûr organisation commune de la Coupe du monde 2030 avec le Portugal. Pour parler de tous ces sujets, le Premier ministre espagnol a été reçu par son homologue marocain mais aussi par le souverain du royaume.

On attendait le ministre des Affaires étrangères à Alger, on découvre quelques jours plus tard le chef du gouvernement à Rabat. On sait que prévue le 12 février dernier la visite du ministre des AE espagnol, ​José Manuel Albares Bueno, a été ajournée par les autorités algériennes quelques heures seulement avant son arrivée à Alger. Certaines voix parlent d’une annulation. Aucune raison n’est évoquée officiellement par le régime de Tebboune.

Pour la cinquième fois en autant d’années de mandat, le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez s’est rendu sur les terres chérifiennes pour sa deuxième visite depuis la grande réconciliation de 2022, avec notamment le très inattendu ralliement espagnol à la cause nationale marocaine du Sahara occidental. Le chef du gouvernement a cette fois été reçu par le roi du Maroc Mohammed VI quelques heures après son arrivée. Auparavant Pedro Sanchez avait déjeuné avec son homologue Aziz Akhannouch.

Ceuta et Melilla

Parmi les grands sujets abordés lors de ces deux entretiens, il y a la question sensible des enclaves de Ceuta et Melilla, ces villes espagnoles, situées sur la côte marocaine et que la presse du royaume qualifie parfois « d’occupées » n’ont plus de liens douaniers avec le Maroc depuis 2018. En conférence de presse, Pedro Sanchez a assuré que l’Espagne était prête à l’ouverture de ces douanes, ne manque plus que le Maroc explique-t-il, toujours en plein préparatifs.

- Advertisement -

Sur la question du Sahara occidental, le chef du gouvernement espagnol assure que la position ne changera plus. Une position qui ne vas sans doute pas plaire aux autorités algériennes. On s’en souvient Tebboune avait rappelé l’ambassadeur algérien à Madrid suite à la reconnaissance de la marocanité du Sahara occidental et coupé les vannes du gazoduc qui achemine le gaz algérien par l’Espagne vers l’Europe. Après plusieurs mois de crise, sans faire changer la position espagnole, Abdelmadjid Tebboune a dû réinstaller dare dare l’ambassadeur d’Algérie en Espagne. Une énième crise de plusieurs mois qui n’aura servi à strictement rien.

Pour l’ancien colonisateur, le plan marocain d’autonomie pour cette région disputée est la solution « la plus crédible, sérieuse et réaliste ». Enfin, sur le plan économique, l’heure était à la promotion des intérêts hispaniques. Le Maroc prévoit d’importants investissements pour moderniser le pays, et les entreprises espagnoles « sont prêtes à y participer activement », explique Pedro Sanchez.

L.M./RFI.

4 Commentaires

  1. « Sur la question du Sahara occidental, le chef du gouvernement espagnol assure que la position ne changera plus. Pour l’ancien colonisateur, le plan marocain d’autonomie pour cette région disputée est la solution « la plus crédible, sérieuse et réaliste ». Réaction d’Alger? Silence total. Pourtant M. Attaf avait bien déclaré, la main sur le coeur, à l’antenne d’El Djazira que le gouvernement espagnol avait effectué un virage à 180 degrés concernant sa position envers ledit Sahara. C’est là le résultat d’une diplomatie navigant à vue et sans envergure aucune. Qawa dhariba clament-ils. Oui dhariba contre son propre peuple qui subit les affres d’une répression brutale depuis 2020. Quant au reste, Allah iyenoub!

  2. « On attendait le ministre des Affaires étrangères à Alger, on découvre quelques jours plus tard le chef du gouvernement à Rabat ». Même Lavrov, zâama ami de l’Algérie, de retour du Brésil a préféré Rabat à Alger pour son escale. C’est dire que les temps sont durs pour la qawa dhariba. Par la faute de qui? Du Makhzen, pardi! Et comme si tout ça n’était pas suffisant, voilà que même Amor Benamor la « célèbre marque algérienne de couscous, est commercialisée en France comme un produit fabriqué au Maroc” (dixit Sonia Lyes – TSA du 25/02/2024). En fait cette information n’est qu’à moitié vraie. Ladite marque de couscous est bien fabriquée au Maroc mais pour le compte d’une compagnie émiratie (Premium Touch Trading LLC – Dubai, UAE – contact@ousoul.comhttp://www.ousoul.com) bien identifiée sur les cartons d’emballage. Décidemment, ces émiratis nous veulent vraiment du mal. Cependant, il n’est pas exclu du tout que ladite compagnie émiratie soit la propriété d’Algériens. D’ailleurs ce stratagème (vente de couscous Amor benamor fabriqué au Maroc) a été déjà utilisé au Canada il y a quelques mois de cela. Ledit couscous a été importé et commercialisé au Canada par une compagnie canadienne appartenant à des Algériens. D’où la connexion avec Dubai. Tout ça pour dire que le Makhzen a le dos large. Si large qu’on ne s’empêche pas de lui attribuer tous les torts même ceux émanant de rapaces qui s’en mettent plein les poches sous l’oeil bienveillant, pour ne pas dire complice, de ceux-là même censés veiller à la sécurité économique et autre du pays. Dans de telles conditions, il ne faut point s’étonner si les seules « personnalités » qui daignent encore rendre visite à Tebboune sont l’imam malien Mahmoud Dicko et le président mauritanien qui a failli ne plus revenir dans son pays … vivant. Apparemment, la scoumoune tebbounienne ce n’est pas qu’une vue de l’esprit.

  3. Que va faire la issaba maintenant ? Tout le monde les prend vraiment au « sérieux » !!!
    Question a 1 douro: Pourquoi s’occupe t on au juste du sahara et du polisario ? Est ce que ca nous regarde qu’ils sont occupés, libres ou indépendants ? Wash dekhelna au juste ? A moins que l’ennemi exerieur est toujour utile pour les dictateurs.

    • Bonjour NORA
      Oui ça nous regarde; de prés ‘situation géostratégique » et de loin par principe
      Si vraiment le sahara occidental appartient au Maroc pourquoi le Maroc avait proposé son partage à la Mauritanie.
      Il y a d’autres informations que nous ne pouvons pas vérifier.
      IL y a des pays qui ne souhaitent pas la résolution de ce problème (problème qui fait beaucoup de mal au deux peuples frères)
      imaginez un moment une Fédération des Etats AMAZIGHS de TAFERKA de la cyrénaïque aux îles canaries ; Une puissance !!! comme au temps de MASSINISSA
      Avec les hydrocarbures, le photovoltaïque, le tourisme, la jeunesse, le phosphate……..AUCUN JEUNE N’IRA NOURIR DE SON CORPS LES POISSONS DE LA MEDITERANNEE

      J’aurai aimé une solution fraternelle
      J’aime le Maroc ; je n’aime pas le royaume chérifien
      J’aime l’Algérie je une haine viscérale et un mépris incommensurable des ANESGERIENS

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents