21 avril 2024
spot_img
Accueil360°Petkovic : le salaire faramineux de l'entraîneur des Fennecs

Petkovic : le salaire faramineux de l’entraîneur des Fennecs

Petkovic. @Iconsport

Après l’annonce de la nomination de Vladimir Petkovic comme le nouveau sélectionneur des Verts, ce qui a surtout retenu l’attention au-delà de cette annonce, c’est surtout le salaire et les primes du technicien de 60 ans, en particulier qui intéressent l’opinion.

Selon des sources proches du dossier, Vladimir Petkovic, l’ex-entraîneur de la Suisse et des Girondins de Bordeaux, percevra un salaire mensuel de 135 000 euros, révèle le média La Gazette du Fennec. Ce montant, bien que substantiel, représente une baisse significative par rapport à son précédent salaire de sélectionneur qui atteignait 300 000 euros en Suisse. Petkovic s’est engagé jusqu’en 2026.
En comparaison, Djamel Belmadi touchait un salaire mensuel de 208 000 euros. Les représentants de Petkovic ont donc fait des concessions sur le salaire brut, mais ont inclus des clauses lucratives dans les primes d’intéressement. En effet, outre le salaire, le contrat de Petkovic comprend des clauses de primes particulièrement juteuses. Jugez-en : une prime de 100 000 euros pour la qualification à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) et une prime beaucoup plus conséquente de 400 000 euros si l’Algérie se qualifie pour la Coupe du monde 2026. Ce pactole XXL pour le sélectionneur suisse ne devrait pas lui échapper.
L.M./A. Sport

6 Commentaires

  1. « Jugez-en : une prime de 100 000 euros pour la qualification à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) et une prime beaucoup plus conséquente de 400 000 euros si l’Algérie se qualifie pour la Coupe du monde 2026 ». Et le salaire mensuel de 135 000 euros, c’est pour faire quoi? Pour rester 3 semaines/mois en Algérie? Un sélectionneur, soi-disant de renommée mondiale, qui accepte bizarrement de baisser son salaire mensuel de plus de 50% (de 300 000 euros en Suisse à 135 000 euros en Algérie), c’est forcément louche même pour un sélectionneur au chômage. En effet, par les temps qui courent (inflation et coût de la vie de plus en plus élevé d’autant plus pour un citoyen suisse), on ne fait pas de telles concessions uniquement pour les beaux yeux des Guerriers du désert qui pointent, lamentablement, à la 41e place du dernier classement FIFA. A moins que M. Walid Sadi ne soit un maître incontesté dans le domaine de la négociation. Cependant, si c’était le cas il y a longtemps qu’on l’aurait su, n’est-ce-pas? Tout ce carnaval autour du recrutement du nouveau sélectionneur sans qu’on ne pipe mot de ce qu’il est advenu du contrat du sélectionneur précédent. A-t-il été résilié? Est-il toujours en cours? Après tout, qui sommes-nous pour oser demander des explications à la FAF qui aime toujours naviguer dans le brouillard le plus opaque possible? 1-2-3 viva …!

    • Et le salaire mensuel de 135 000 euros, c’est pour faire quoi? Pour rester 3 semaines/mois en Algérie?

      Tu rigoles toi? Non, il va faire du tourisme avec le sadi en question… Aller reguarder des joueurs potentiellement selectionables. Qui sait il y en a un au pole nord, et Alaska c’est tres joli en ete’. Les Marocains VONT LEUR DONNER UNE TANNEE comme ils n’en ont jamais recu ! Quoi que ce qu’il encaisse’ en Cote d’Ivoire etait pas mal. Mais peut-etre qu’on aura l’occasion de les voir jouer au Nord du Mali contre l’equipe Wagners. Jouent le meme cafouillage.

  2. Il faud du coeur pour gagner et reussir. L’equipe du 82 c’etais un entraineur national avec des joueurs nationaux comme Salah Larbes, paix a’ son ame, qui ont presque reaussi a passer au deuxiemme tour avec un salaire derrisoire. La mafia Algerienne d’aujourdhui profite du football pour faire endormir la populasse et gagner de l’argent tand que il ya l’argent du petrole pour payer des somme faramineuses aux entraineurs etranger qui a vrai dire s’en foute.

  3. Je connais un directeur d’hôpital qui serait particulièrement heureux—pour ses patients et ses soignants— de recevoir ces 135 000 euros mensuels (en plus de la dotation étatique) pour l’amélioration des conditions de vie et de soins des malades dont il a la responsabilité. Mais on ne peut pas tout avoir, le rêve et l’argent du rêve.

    Sur le plan purement sportif, à part la polémique sur le salaire du précédent entraîneur, espérons que nos dignes dirigeants de la FAF ont tiré les conséquences de la déroute de l’E.N. J’entends par là qu’il y aurait certainement à revoir la politique de formation de notre jeunesse au niveau de l’éducation physique et sportive dans les cycles scolaires. Ainsi que dans la formation de l’élite footballistique et des compétences de l’encadrement…
    Manifestement l’affaire Belmadi montre qu’il faudrait un peu plus de transparence au sujet des finances, subventions et ressources pécuniaires reçues à tous les niveaux, par les clubs, dirigeants, joueurs, structures régionales et locales. Mais nous ne faisons pas d’illusions pour la gestion financière et pour rendre des comptes honnêtement, nos responsable n’ont jamais été doués dans la discipline financière.

    Il est dit que le foot est le premier médicament qui soigne les frustrations que peuvent ressentir les peuples dans le mode de vie que des gouvernances leur imposent, ici ou là. Et nous n’échappons pas à la justesse de cet adage. D’autant que le foot a le don de focaliser nos compatriotes sur des sensations qui vont de l’honneur de la patrie au prestige de la nation. Et c’est compréhensible, à défaut de pouvoir être fier d’avoir de grands scientifiques (qui s’épanouissent à l’étranger), de bons footballeurs (qui jouent à l’étranger), de grands artistes (qui se produisent ailleurs), d’excellents journalistes (obligés de s’expatrier ou en prison), d’hommes politiques de poids international inexistants, il faut bien que nous puissions rêver, nous sentir important, respecter et valoriser.

    Et la gouvernance le sait parfaitement. Avec le foot, nos jeunes peuvent se défouler et rêver, en un mot vivre par procuration au travers de leurs idoles, et cela conjugué avec une bonne dose de religion, la vie devient supportable et on oublie le reste… Le foot et le pétrole procurent à la fois le rêve et le temps de rêver.

    Il est quand même bizarre qu’à propos de l’équipe nationale, nous qui manifestons des sentiments ultra patriotiques dès qu’une appréciation négative à propos de notre pays ou de nos brillants dirigeants surgit quelque part dans un média, on puisse engager un entraîneur étranger. Et nous seulement l’entraîneur mais aussi un nombre important (si ce n’est la majorité) de joueurs caméléons, dits bi nationaux, formés dans des structures sportives étrangères et de ce fait à moitié algériens et pour l’autres moitié français.

    On va répondre immédiatement qu’une personne bi nationale est d’abord algérienne —et ensuite —française. Mais le bon peuple, lui, dans sa logique patriotique fait un autre raisonnement. Ainsi quand, à l’étranger; un bi national devient un grand écrivain , un chercheur renommé, un scientifique couronné, un sportif extraordinaire, il est sacré comme un pur algérien. Mais dès qu’un bi national algéro français lambda commet un forfait, un crime, un attentat , aux yeux du bon peuple , il ne peut être que français. Et à l’inverse, le bon peuple Français le considère évidemment uniquement comme algérien (e)… En quelque sorte on continue la guerre.

    D’ailleurs cette attitude équivoque par rapport à la nationalité traduit parfaitement l’ambiguïté de cette notion de personnes dites « bi nationales ». Cela a évidemment des conséquences psychologiques sur des compatriotes qui vivent cette ambiguïté et qui est pour beaucoup dans la difficulté d’adaptation des enfants et jeunes immigrés résidant en France. C’est d’ailleurs sur la confrontation entre ces deux identités culturelles que tablent nos valeureux prédicateurs salafistes pour les déstabiliser afin de les intégrer dans leur mouvance.

    Ce qui nous amène à espérer que le président de la Fédération algérienne de football, M. Walid Sadi, a fait le bon choix en la personne de M. Pektrovic. Il y va de l’honneur de la patrie. Il faut signaler que M. Pektrovic a déjà gagné notre estime avant même d’avoir commencé son travail. En effet, avec l’équipe de Suisse qu’il a parfaitement coachée lors de l’Euro-2021, il battu … « notre ennemi éternel et traditionnel français » comme avait dit un ministre Monsieur El Hachemi Djaâboub en son temps.

    L’activité physique et sportive est source de bien-être physique et émotionnel. Elle favorise un bon sommeil et améliore la qualité de vie et la perception de soi. Pratiquée à plusieurs, dans les sports collectifs, l’activité physique renforce aussi les liens sociaux. Ce sont des données qu’un état doit mettre à profit pour permettre à ses citoyens de vivre en bonne santé. et en bonne intelligence. Ce qui implique une politique qui fait appel à la formation d’un personnel qualifié en éducation physique et sportive pour initier la jeunesse avec des structures adéquates terrains et salles de sport.
    Et vu l’augmentation de personnes obèses en ce moment, il y a nécessité de faire des campagnes de presse incitant les citoyens à faire du sport et a mangé sainement (l’obésité présente des risques prouvés de diabète, infertilité, hypertension artérielle,…) Et notre directeur de l’hôpital aura ainsi moins de malades à soigner et l’état fera des économies.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents