16 juillet 2024
spot_img
Accueil360°Que se passe-t-il au Burkina Faso ?

Que se passe-t-il au Burkina Faso ?

Au Burkina Faso, le silence du capitaine Ibrahim Traoré continue d’interroger : le chef de l’État est apparu furtivement à Ouagadougou ce 16 juin 2024 à l’occasion de la fête de la tabaski, alors que les questions se multiplient concernant la situation sécuritaire du pays.

Au Burkina Faso, toujours aucune déclaration concernant la situation sécuritaire du pays. Depuis les détonations près de la présidence et la centaine de militaires portés disparus dans le nord-est du pays la semaine dernière, il n’y a eu aucune communication des autorités de transition pour expliquer ces événements. Dimanche, des vidéos montraient le capitaine Traoré en train de prier à l’extérieur à l’occasion de l’Aïd El Kebir.

Alors que le Jnim, le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans, lié à al-Qaïda, a revendiqué ce week-end l’attaque de Mansila, c’est l’Association des élèves et étudiants de la commune qui a publié sur sa page Facebook, un texte détaillant cet assaut. Texte accompagné d’une image qui rend hommage aux militaires, aux Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) – des supplétifs civils de l’armée – et aux civils assassinés avec cette question en lettres de sang : « Où sont exactement nos parents ? »

le JNIM revendique, dans un communiqué, l’attaque de Mansila et annonce la mort de 107 soldats. En revanche, le nombre de civils tués n’a pas été précisé. Le groupe terroriste affirme avoir récupéré 142 Kalachnikov, 11 Pika, 13 RPG, 2 Dushkas, 2 obus de mortier, 70 obus RPG. Un arsenal impressionnant qui dit beaucoup sur la violence de cette attaque.

Car, pour l’heure, la junte, tout comme le gouvernement de transition burkinabè, n’ont ni fait mention de ces violences, ni donné d’explications claires sur les raisons des explosions à la télévision publique située en face de la présidence, ni même sur la mise en alerte générale lancée par le chef d’état-major général des armées.

- Advertisement -

Le capitaine Ibrahim Traoré, tout aussi muet sur ces événements, n’a été aperçu publiquement qu’à deux reprises depuis l’attaque jihadiste de Mansila : une première fois vendredi dans le journal télévisé pour un don de sang ; une deuxième fois hier, en civil, en train de prier sur le terrain de l’université Ki-Zerbo de Ouagadougou, à l’occasion de la fête de la Tabaski.

Avec Rfi

1 COMMENTAIRE

  1. La on trouve un sang amazi&, on trouve un groupe terroriste musulman, agenouillez vous le front sur terre le cul laver vers le ciel et remercie Dieu pour la sodomie…..
    L’extermination est programmé de ce naïf peuple et nous on regarde ailleurs, l’échiquier géopolitique donc ou je me retrouve toujours en Emat et le cheikh est Roi vivant.
    In3al addin rabbi du lache qui attend allah et ne réagit pas.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents