21 avril 2024
spot_img
Accueil360°Saïd Chanegriha en ministre des Affaires étrangères bis ?

Saïd Chanegriha en ministre des Affaires étrangères bis ?

Chanegrhia au Qatar
Le général-major Saïd Chanegriha au Qatar.

Le général de corps d’armée Saïd Chanegriha, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, poursuit sa visite officielle dans l’État du Qatar, selon un communiqué du ministère de la Défense nationale.

Mais qu’est-ce qui fait courir le général major Saïd Chanegriha ?  

Le patron de l’état-major de l’armée ne descend plus d’avion. Entre deux capitales, il visite une troisième capitale. Actuellement Saïd Chanegriha (78 ans) est au Qatar. Il y a quelques jours il avait passé presque une semaine en Arabie saoudite. Le 19 février, il était au Rwanda !

Ces trois pays ne sont pas connus pour posséder une quelconque industrie militaire qui puisse intéresser le patron de l’armée. Mais alors si les questions militaires ne sont pas le sujet de ces nombreux voyages, pourquoi notre vénérable général de corps d’armée se déplace-t-il autant tous les mois ?

A ce que nous sachions, l’Algérie a bien un ministre des Affaires étrangères en la personne d’Ahmed Attaf ! Lequel Attaf est d’ailleurs actuellement en déplacement, lui de juste, à Djeddah au Royaume d’Arabie saoudite pour participer, mardi, à une réunion extraordinaire du Conseil des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI). Il est vrai qu’Attaf est dépassé par les affaires diplomatiques, son logiciel s’est bloquée à l’ère de Liamine Zeroual, et Tebboune n’est pas disposé à le renvoyer malgré ses échecs.

Le patron de l’armée Saïd Chanegriha reçu par Macron

- Advertisement -

La méthode Saïd Chanegriha est unique au monde. Il n’y a sans doute pas un chef d’état-major dans le monde qui enfile autant de visites à l’étranger. En effet, depuis son installation à la Défense, nous ne pensons pas que l’Algérie a eu un patron de l’armée avec autant de voyages.

Mais ne soyons pas de mauvaise foi, entre ces deux dernières visites, le chef d’état-major a supervisé un exercice tactique dans la 6e région militaire.

Mais nous ne savons toujours pas pourquoi cette flopée de déplacements à l’étranger !

Yacine K.

3 Commentaires

  1. Il faut quand mm saluer ses efforts pour faire briller l’Algérie à l’international, malgré son âge très avancé, il passe tellement de temps aux soins gériatriques qu’il n’a pas le temps de s’informer de la situation géopolitique d’un pays comme le Rwanda qu’il avait accueilli dernirement sachant que ce pays est en grand conflit avec le Congo qui l’accuse d’ingérence et de soutien militaire au M23 pour faire mains basse sur les richesse très rares du Kivu. La politique ce n’est pas du militaire et le militaire ce n’est pas de la politique et ça Chengriha ne veut et ne peut pas le comprendre, pour lui c’est  » c’est l’Algérie des copains de casernes, on fait ce qu’on veut de l’Algérie en plus grands patriotes « 

    • @Pompardier, tu parles juste pour parler. C’est creux et tu mélanges tout. Essaie de structurer un peu tes commentaires, de raisonner en somme, mais je sais que c’est trop demander à un moxazni payé pour aboyer inutilement.

  2. « Mais qu’est-ce qui fait courir le général major Saïd Chanegriha ?  » Et si c’était la surprise du chef? Zoubida Assoul est candidate à la candidature mais Chengriha lui fait et agit comme le candidat non déclaré mais très certainement surprise et … gagnant à coup sûr. Toutes ces gesticulations tantôt en MAE-bis, tantôt en président-bis mais plus réel que l’officiel, font partie intégrante d’un plan que d’aucuns pourraient qualifier de diabolique mais néanmoins bien préparé. Rappelez-vous son insistance, à la limite de l’obsession, à être reçu par son altesse MBS. C’était en quelque sorte le grain de sable (le premier) qui a fait grincer quelque peu cette mécanique bien huilée par les spécialistes des Tagarins. N’étant pas à un affront près, il reprend son bâton de pellerin, qui a refusé une omra offerte par les autorités saoudiennes, pour amasser le maximum de peaux de banane à étaler sur le chemin de Tebboune qui lui semble frapper d’une ISTN et qui est relégué à rendre visite à une famille palestinienne hospitalisée à Ain-Naadja, tiens, tiens toujours sous la supervision du président-bis! Qui sait? Qui dit que le nouveau Conseil mondial de la diaspora algérienne ne serait pas un autre atout dans la main du général? Comme il a dit lui, wait and see!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents