26 septembre 2022
spot_img
AccueilIdéeLa diaspora algérienne et le mépris des autorités

La diaspora algérienne et le mépris des autorités

TRIBUNE

La diaspora algérienne et le mépris des autorités

De nouveau, le pouvoir algérien s’affiche avec une  désinvolture à l’endroit de la diaspora algérienne. Ainsi, il y aura cinq vols hebdomadaires (et non plus cinq vols quotidiens) avec mise en quarantaine de cinq jours aux frais de celle-ci…

Doit-on s’en étonner sachant que plus de dix mille médecins algériens exercent en France sans que le pouvoir s’en émeuve outre mesure et sans la moindre proposition pour mettre une politique de réinsertion d’au moins une partie de nos concitoyens ? Ici, rappel du mépris du pouvoir envers la diaspora.Image retirée.

La diaspora algérienne établie à l’étranger semble vouée aux gémonies. Les mal-aimés ne sont pas mieux traités par les gouvernants. La Constitution en fait foi. Ainsi, l’article 27 de la Constitution en vigueur dispose que : « L’Etat œuvre à la protection des droits et des intérêts des citoyens à l’étranger dans le respect du droit international, des conventions conclues avec les pays d’accueil, de la législation nationale et de celles des pays de résidence. L’Etat veille à la sauvegarde de l’identité des citoyens résidant à l’étranger, au renforcement de leurs liens avec la Nation, ainsi qu’à la mobilisation de leur contribution au développement de leur pays d’origine ».

Question de Nationalité (s) ? 

Or, l’article 63 de l’actuelle loi fondamentale stipule que : « L’égal accès aux fonctions et aux emplois au sein de l’Etat, est garanti à tous les citoyens, sans autres conditions que celles fixées par la loi ». Toutefois, l’alinéa 2 de ce même article précise que : « La nationalité algérienne exclusive est requise pour l’accès aux hautes responsabilités de l’Etat et aux fonctions politiques ». Que l’Etat « oeuvre » à la protection des droits et des intérêts des citoyens Algériens à l’étranger et « veille » à la mobilisation de leur contribution au développement de leur pays d’origine ne peut qu’être salutaire.

- Advertisement -

Simplement pourquoi introduire un alinéa 2 pour limiter l’accès aux hautes responsabilités et aux fonctions politiques aux seuls détenteurs de la nationalité algérienne ? Il est à se demander ce que signifie donc « citoyen » algérien pour les rédacteurs de ces dispositions ? Des sommités scientifiques telles que Benabid, Zerhouni, Haba, Melikechi, aussi grands soit leurs mérites dans le monde, sont-ils considérés comme citoyens algériens ? Peuvent-ils prétendre à des fonctions et responsabilités dans l’Etat, voire candidater à la présidence de la République ?

Cette rédaction malencontreuse serait-elle le signe d’un compromis boiteux entre les tenants des courants politiques ayant été sollicités par le pouvoir en place aux « consultations» des partis et autres « personnalités nationales » à la révision constitutionnelle (voire de ceux manœuvrant aux lieu et place d’une Assemblée constituante légitimement élue à cet effet) ? Surtout qu’en l’état, comme en d’autres domaines, le constituant renvoie au législateur le soin d’en fixer les conditions.

En tout état de cause, la question se pose de savoir comment concilier l’impératif de l’appel aux citoyens Algériens pour leurs compétences et l’obligation de l’exclusivité de la nationalité algérienne ? Autant, il est manifeste que l’Etat algérien ne s’intéresse plus, depuis quelques décades déjà, à la « réinsertion » de ses enfants à la mère patrie, autant il est patent qu’il y a volonté délibérée de conditionner celle-ci au seul critère de la nationalité. Faut-il rappeler que l’Algérie ne représente que 0,5 à 0,6% de la population mondiale (la Chine environ 20%), la Terre étant devenue un « village planétaire » ? Ainsi donc, l’Etat veut mobiliser les citoyens Algériens établis à l’étranger pour le développement du pays, mais soumet ceux-ci à la question… de la nationalité. Il serait intéressant, à ce stade, de vérifier l’exclusivité de la nationalité algérienne auprès du personnel politique algérien actuel, notamment ceux qui occupent de hautes responsabilités de l’Etat et des fonctions politiques.

La diaspora, candidature aux élections ? 

Bien mieux. Ainsi, l’article 87 de l’actuelle constitution dispose que : « Pour être éligible à la Présidence de la République, le candidat doit : Ne pas avoir acquis une nationalité étrangère, jouir uniquement de la nationalité algérienne d’origine et attester de la nationalité algérienne d’origine du père et de la mère ; être de confession musulmane; avoir quarante (40) ans révolus au jour de l’élection; jouir de la plénitude de ses droits civils et politiques; attester de la nationalité algérienne d’origine unique du conjoint; justifier d’une résidence permanente exclusive en Algérie durant un minimum de dix (10) années précédant le dépôt de la candidature; justifier de la participation à la Révolution du 1er novembre 1954 pour les candidats nés avant juillet 1942; justifier de la non implication des parents du candidat né après juillet 1942, dans des actes hostiles à la Révolution du 1er novembre 1954 ; produire la déclaration publique du patrimoine mobilier et immobilier, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Algérie ». Rien que ça.  

D’évidence, la diaspora algérienne est de jure comme de facto évincée dès lors qu’elle réside à l’étranger et que nombre de nos concitoyens de la communauté algérienne ont des conjoints de nationalité autre qu’algérienne, outre que certains d’entre eux ont acquis la citoyenneté des pays d’accueil.

Ainsi, non seulement, le candidat à la magistrature suprême doit « jouir uniquement de la nationalité algérienne d’origine » par le père et la mère (donc les naturalisés Algériens ne pourraient être candidats : Algéro-Marocains, Algéro-Tunisiens…). L’épouse également doit avoir la nationalité algérienne « d’origine unique ». Ce alors même que d’aucuns doutent que certains pontes du régime actuel -et leurs épouses- puissent se prévaloir de la seule nationalité algérienne. Il est en effet de notoriété publique que certains d’entre eux sont nés en Tunisie, au Maroc… Voire en France (et sans doute même sans épouses ni enfants).

Restreindre ainsi la candidature à la magistrature suprême aux seuls résidents algériens, c’est irrémédiablement vouer les Algériens établis à l’étranger aux gémonies. Ce alors même que des personnages illustres occupant (ou ayant occupé) des postes importants dans la pyramide institutionnelle ont longuement séjourné à l’extérieur de l’Algérie.

D’autres pays, il est vrai mieux outillé que l’Algérie en matière de démocratie et autres droits de l’homme, permettent à tout un chacun d’être éligible (y compris à la magistrature suprême). Comment le constituant, mauvais élève même en matière de rédaction bilingue de son avant-projet de révision de la constitution, a t il pu se fourvoyer à ce point en niant allègrement les notions de droit de sang et droit du sol ?

Feux Mohamed Boudiaf et Hocine Ait Ahmed n’auraient sans doute pas pu présenter leur candidature. Il y a manifestement discrimination (à bon escient ?) qui s’apparente à ce que l’on pourrait qualifier d’apartheid juridique. Il est vrai que l’on a ajouté dans le texte constitutionnel : « La loi déterminera la liste des hautes fonctions de l’État ». Le constituant pourrait purement et simplement amender substantiellement les dispositions sus évoqués plutôt que de s’en remettre au législateur.

Mais, comment y croire dès lors que, déjà durant l’ère du président déchu, quatre ans de maturation de cette révision constitutionnelle n’ont pas suffi pour débarrasser le texte fondamental de ses scories ? Que pourrait donc changer, en l’espèce, le énième projet de révision constitutionnelle menée tambour battant par les medias publics, sans contradiction et toujours aux ordres? Vraisemblablement rien. « L’Algérie nouvelle » se révèle d’ores et déjà un vain concept.

Le système se renouvelle et reconduit le même personnel en charge du statu quo. Devant-nous dire comme feu Lacheraf : « On s’obstine à relancer sur le marché politique les vieilles élites corrompues, usées et discréditées ». 

(*) Ammar Koroghli est Docteur en droit, avocat-auteur algérien

Auteur
Ammar Koroghli (*)

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Teodoro Obiang Nguema, 80 ans, veut un 6e mandat !

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, 80 ans, qui dirige la Guinée équatoriale d'une main de fer depuis 43 ans et dont la candidature demeurait incertaine,...

Les plus populaires

Commentaires récents