1 décembre 2022
spot_img
AccueilPolitiqueSonatrach attaquée par des internautes

Sonatrach attaquée par des internautes

DECRYPTAGE

Sonatrach attaquée par des internautes

Tout porte à croire que les tensions de l’intérieur comme celles de l’extérieur s’accélèrent pour affaiblir Sonatrach avec toutes les conséquences qui en découlent notamment pour le financement ce dont a besoin l’Algérie pour son circuit économique et social.

Ainsi, ce matin et dans un contexte d’une sévère austérité, des internautes « se sont amusés » à envoyer aux travailleurs en général et ceux de Sonatrach en particulier une note qu’on « tente » de l’imputer au Directeur exécutif des ressources humains, en l’occurrence Azzedine Djwouabri, sous forme d’un texte sournoisement copié mais « l’inauthenticité » saute aux yeux.

Ainsi lit-on qu’en application de la résolution du Conseil d’Administration de Sonatrach n°127-05 du 17 décembre 2020 ainsi que l’accord salarial entre la direction générale du mastodonte et son syndicat national portant sur une augmentation de 20% du salaire de base à compter du 1er janvier 2021. Pour attiser le conflit interne à l’ensemble des entreprises du groupe et, partant tous les travailleurs dans le pays, la note prie l’ensemble des services concernés pour mettre en œuvre cette décision sur la paie du mois de mars 2021 soit le mois prochain.

Les gestionnaires de paie procéderont au calcul des rappels correspondant au mois de janvier 2021 sur la nouvelle paie du mois de mars. Là où ils se trahissent parce que ce n’est pas habituel à Sonatrach dont les gestionnaires paie restent très professionnels que « la direction rémunération reste à votre disposition pour toute information complémentaire. »

- Advertisement -

Ce n’est pas la première fois qu’on évoque un sujet aussi sensible que celui des augmentations des salaires à Sonatrach même si ce n’est dans le même contexte. Ainsi le 18 février dernier, le sénateur Abdelouahab Benzaim habitué à ne pas mâcher ses mots avait interpelé l’ex-ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar sur cette question qualifiant Sonatrach de « République autonome »

Ce sénateur dénonce vigoureusement des pratiques à Sonatrach et demande au ministre de les porter au président de la république pour une prise en charge immédiate. Ainsi, il considère qu’il existe des passe-droits dans l’emploi et les chances de travailler à Sonatrach sont inexistantes pour le commun des Algériens.

La colère des chômeurs et des étudiants en est une preuve irréfutable. Fait-il allusion aux étudiants de la faculté des hydrocarbures et de la chimie de l’université M’hamed Bouguerra située dans l’enceinte de Boumerdes en grève illimitée pour le même sujet voilà plus d’un mois ? Ses responsable martèle-t-il « emploient qui ils veulent, quand ils veulent et aux salaires qu’ils veulent »

Pour lui, que les prix montent ou descendent, les salaires de Sonatrach sont toujours les mêmes sans compter les avantages sociaux. Et il va plus loin pour toucher le fond dont le sujet fait l’objet d’attaque sur les réseaux sociaux. «On nous disait que la production baisse, mais les salaires ont augmenté.» (01)

Rappelons pour mémoire que l’augmentation des salaires de Sonatrach de janvier 2019 a suscité une polémique au point où le premier ministre de l’epoque Ahmed Ouyahia de la bouche même du PDG l’avait interpellé pour plus de discrétion car « on sait que vous avez de l’argent mais dépensez le en toute modestie ». Pourquoi ? Parce que ce PDG, Abdelmoumen Ould Kaddour avait annoncé le 11 décembre 2018 à partir d’In Salah où il était en visite qu’une augmentation des salaires de tous les travailleurs de tout le groupe de Sonatrach aura lieu à partir de janvier 2019 en ajoutant avec euphorie « la crise financière n’empêchera pas la compagnie pétrolière de procéder à la réévaluation des salaires des employés de la première entreprise africaine ». (02) Ould Kaddour avait justifié à l’époque cette augmentation pour arrêter la saignée des cadres et des employés du groupe « très sollicités par les compagnies pétrolières étrangères dont le seul intérêt de rechercher les professionnels et les plus compétents ». 

Mais de là à appâter les travailleurs à peine 2 ans après et dans des circonstances de crise à tous les niveaux, relèverait de la pure manipulation qui montre la faiblesse du système de gouvernance actuel et la dynamique du groupe qu’il a suscité.

Rabah Reghis

(01)-https://www.tsa-algerie.com/#google_vignette

(02)-https://fildalgerie.com/sonatrach-augmentation-des-salaires-en-2019/

Auteur
Rabah Reghis

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

L’ancien ministre Tahar Khaoua condamné à 12 ans de prison ferme

La sixième chambre criminelle de la Cour d'Alger a condamné mardi l’ancien ministre des Relations avec le Parlement, Tahar Khaoua, poursuivi dans une affaire...

Les plus populaires

Commentaires récents