20 juillet 2024
spot_img
AccueilA la uneLe procès de Bendjamaa, Farrah et les autres reporté

Le procès de Bendjamaa, Farrah et les autres reporté

Mustapha Bendjama

Prévu pour aujourd’hui, mardi 08 août, le procès des détenus d’opinion, le journaliste Mustapha Benjama, le chercheur Raouf Farrah et de lanceuse d’alerte, Montaha Habes, ainsi que de Sebti Farrah, le père de Raouf, en liberté provisoire, est reporté pour le 22 août 2023.

En parloir, le détenu d’opinion, Mustapha Bendjama, a informé sa famille qu’il lui a été interdit de recevoir deux livres, dont l’œuvre collectif, intitulé  » l’avenir en jeu, auquel il a participé, lui et son co-détenu, Raouf Farrah, alors qu’il l’habitude de recevoir tous genres de livres. Eh oui, en Algérie de Tebboune Chanegriha, un détenu d’opinion et journaliste par dessus tout qui lit est doublement dangereux.

Ils étaient placés en détention provisoire dans la nuit du 19 au 20 février dernier par le juge d’instruction près du pôle judiciaire spécial de Constantine.

Le père du chercheur Raouf Farah, Sebti Farrah a été libéré le 13 avril par le juge d’instruction près le pôle judiciaire pénal spécialisé de Constantine.

Cette décision intervient après avoir passé 61 jours de détention à la prison Boussouf, à Constantine.

- Advertisement -

Il y a lieu de rappeler que le chercheur Raouf Farah et son père, Sebti Farah, ont été placés, dans la nuit du 19 au 20 février 2023, sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près du tribunal criminel de Constantine (pôle pénal spécialisé).

Ils ont été arrêtés dans le prolongement de l’affaire Amira Bouraoui et poursuivis au même titre que le journaliste Mustapha Bendjama, en détention à la prison de Constantine, pour « participation à la réception de fonds depuis l’étranger » (pour Sebti Farrah), « reception de fonds depuis l’étranger dans le but d’effectuer des actes attentatoires à l’ordre public » et « publication sur internet d’informations classifiées » (pour Mustapha Bendjamaa, Raouf Farrah, Habes Mountaha et Sofiane Berkane).

Le journaliste Mustapha Bendjama, rédacteur en chef du Provincial est la cible d’un harcèlement judiciaire depuis au moins trois ans. Notamment dans l’affaire qui l’oppose au wali d’Annaba dont il a dénoncé les agissements.

Près de 300 détenus d’opinion croupissent dans les prisons algériennes.

L.M./Cnld

1 COMMENTAIRE

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents