19 juin 2024
spot_img
AccueilPolitiqueQuatre partis forment une alliance... présidentielle 

Quatre partis forment une alliance… présidentielle 

Le Front de libération nationale (FLN), le Rassemblement national démocratique (RND), le Mouvement El Bina et le Front El Moustakbal ont annoncé, jeudi à Alger, la formation d’une alliance politique pour réaliser « un consensus national » et « édifier une Algérie forte ». Comprendre, une alliance de soutien au chef de l’Etat.

Lors d’une rencontre de concertation ayant regroupé les chefs des quatre partis, Abdelkrim Benmbarek, Mustapha Yahi, Abdelkader Bengrina et Fateh Boutbig, au siège du parti du FLN, M. Benmbarek a indiqué que cette rencontre « scelle une alliance politique entre des formations partageant des dénominateurs communs et des objectifs clairs visant à réaliser un consensus national pour protéger les intérêts du peuple et appuyer toutes les démarches participant de l’édification d’une Algérie forte ».

L’annonce n’est pas formellement faite. Les initiateurs ont pris le soin de cacher le véritable objectif de cette alliance.

Relevant que son parti « œuvre à nouer des liens avec les autres partis présents sur l’échiquier politique, notamment au niveau des deux chambres du Parlement et des Assemblée locales de wilaya et communales, à partir de son programme inspiré des principes du 1er Novembre pour la construction d’un Etat démocratique populaire et social dans le cadre des principes islamiques », M. Benmbarek a appelé de ses vœux « la contribution de tous les partis à la construction d’une Algérie forte reposant sur le respect des constantes, des valeurs et de la glorieuse histoire de la nation ».

Les quatre partis se sont gardés de qualifier cette alliance de présidentielle, mais elle en a tout l’air. Ces quatre organisations ont soutenu Bouteflika pendant son règne, qualifié maintenant de « aissaba ».

- Advertisement -

Le Secrétaire général du parti du FLN a affirmé que les quatre partis de l’alliance aspiraient à « conforter le front intérieur du pays dans une conjoncture internationale et régionale de crise et face à l’instabilité qui l’entoure de toutes parts et aux velléités de certaines parties qui veulent faire taire la voix retentissante de l’Algérie dans les fora internationaux, notamment au Conseil de sécurité et à l’Assemblée générale des Nations unies, en faveur des opprimés et des peuples encore sous le joug colonial, en Palestine et au Sahara occidental ».

Et d’ajouter que cette alliance « n’est pas conjoncturelle liée à l’échéance présidentielle, mais a vocation à s’étendre au-delà pour prendre des positions dans les domaines politique, juridique et socioéconomique ». Tout le monde l’aura compris.

De même, elle « ne vise à exclure aucune partie, mais se veut complémentaire des autres composantes politiques et sociales qui contribuent à la construction d’une Algérie nouvelle », a-t-il poursuivi. Une « Algérie nouvelle » avec les mêmes hommes et les mêmes pratiques. Voire… 

Il a, par là même, assuré que ces partis s’emploieront à faire de cette alliance « une base solide pour proposer des initiatives et soumettre des propositions à même de contribuer au développement socioéconomique et intensifier les contacts lors de la prochaine étape en vue de bien préparer l’échéance du 7 septembre prochain ».

Les partis de l’alliance « prévoient d’élaborer une charte d’éthique axée sur la moralisation de l’action politique dans le cadre d’une démarche commune visant à bâtir un Etat de droit », a-t-il ajouté.

Cette rencontre d’évaluation et de coordination a été marquée par l’annonce de l’installation d’une commission conjointe entre les partis concernés pour soutenir l’action gouvernementale, débattre de toutes les questions liées à cette alliance et choisir un slogan.

Concernant la participation à la Présidentielle du 7 septembre prochain, le Secrétaire général du RND, Mustapha Yahi, a affirmé, dans une déclaration à la presse, que l’alliance « proposera un candidat consensuel remplissant les conditions requises, notamment la capacité à préserver les acquis réalisés depuis 2019 et à poursuivre les réformes pour atteindre les objectifs fixés », soutenant que l’Algérie « a besoin de partis politiques forts ».

Tout est dans cette dernière déclaration. M. Yahi évacue la période Bouteflika et ne retient que celle de l’actuel locataire d’El Mouradia. Quelle mémoire !

Comprendre donc, cette alliance roule et roulera pour le chef de l’Etat. Comme elle a servi avec zèle Abdelaziz Bouteflika. Et pourtant Louisa Hanoune est déjà candidate, comme sous Bouteflika ! Qui a dit qu’il y a eu des changements ?

Synthèse Sofiane Ayache.

6 Commentaires

  1. Une partie de bonneteau,comme d’habitude.Tant que les moutons croient au Paradis, aucune inquiétude à avoir. Rien, absolument rien ne changera, jamais !

  2. Mieux que les autres brebis galeuses, qui ont accepte’ d’aller discuter « des elections » ou plutot « repondu a la convocation » de leur 1er Adversaire…
    Et si jamais les khortis lambda reagissaient ca serait pour demander une journe’e voir quelques jours de journe’es chuame’es paye’es. » Apres tout on joue plus et mieux DAMA, c.a.d. les Madames dans les rues que dans les hotels borelos pour compromis et soumis. De l’epoque coloniale, c’est ce que leur parents et grand-parents faisaient avec les camemberts.
    Pour cette raisons j’appele a la mobilisation de cette publication pour les droits de Soumis et Compromis Beni Harkis d’Algerie (SCBHA) et demander leurs adhesion au Movement LGBQTQ International.

    Supposons que les militaires, qui surveillent leurs boite-a-lettres tous les jours, c.a.d. attendent du courrier de la CIJ aient decide’ de changer de methode de domination et Rapine des Civils, croyez-vous que les autres lievres vont se construire des coalitions et presenter une candidate? Biensur que non ! En tout cas pas la Jillali, elle a baisse’ le froc avant meme qu’on le lui demande !!!

    Bref, voila pourquoi et comment de plus en plus d’Arabophones ne voient de sortie de MDR pour eux et leur Siens que dans la reussite du MAK. Si celui-ci aboutit, c’est une plateforme d’action locale et supportive de leurs cas, et a leur tour, peuvent aspirer a liberer leurs douars respectifs de des griffes de cette d’ILLEGITIMES dans tous les sens du mot.

  3. « … une alliance politique entre des formations partageant des dénominateurs communs et des objectifs clairs visant à réaliser un consensus national pour protéger les intérêts du peuple … ». Autant qu’ils sont, ces alliés n’ont fait jusqu’ici que siphonner les bien du peuple qu’ils méprisent quoi qu’ils disent aujourd’hui. Tous ces vénérateurs du « Cadre » d’hier, d’aujourd’hui et de demain ne commencent à se trémousser qu’à l’approche d’élections qu’ils savent truquées d’avance mais surtout susceptibles d’améliorer encore et toujours leur position sociale et gonfler leurs comptes bancaires. De véritables suceurs de sang … du peuple. Une soi-disant alliance de quatre partis pour soutenir un candidat à la présidentielle qui ne sort pas de leurs rangs. Il faut le faire. Une exclusivité toute algérienne. Ce faisant, ils reconnaissent de facto qu’ils ne sont que des coquilles vides qui n’ont aucune capacité de gouverner. Quelle est la raison d’être de partis dont le seul programme connu a toujours été le soutien du programme présidentiel? Des partis spécialisé dans l’élevage de lièvres. Pour le 7 septembre, même les lièvres attitrés semblent se terrer à l’image du prieur sur les trottoirs arrosés par la pisse de chiens errants. Pour vous dire, Monsieur, que chez ces gens-là, on triche … sur tout la ligne. Des gens dont le credo a toujours été, demeure et sera: edenya m3a el ouqaf oua laou kana si baghloun! Bien que dans ce cas-ci si baghloun serait un compliment!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents