30 novembre 2022
spot_img
AccueilMise en avantAnnexion russe de territoires ukrainiens : l’Algérie s’abstient à l’ONU

Annexion russe de territoires ukrainiens : l’Algérie s’abstient à l’ONU

Lors du vote mercredi à New York d’une résolution condamnant l’annexion de territoires ukrainiens par la Russie et demandant le retrait des troupes russes d’Ukraine, le vote des pays africains a évolué, pour certains. L’Algérie est, en revanche, restée fidèle à la Russie.

Si l’on compare quatre votes à l’Assemblée générale de l’ONU depuis le début de la guerre en Ukraine, à savoir celui de début mars pour « déplorer ce qui est qualifié d’agression commise par la Russie », celui de fin mars sur ses conséquences humanitaires, celui d’avril pour suspendre Moscou du Conseil des droits de l’homme et celui de mercredi, c’est la première fois que l’Érythrée ne vote pas contre la résolution onusienne. Asmara choisit l’abstention.

En revanche, l’Algérie a évité de fâcher la Russie, en rééditant son abstention. Allant contre sa doxa diplomatique, qui promeut la souveraineté des Etats, Alger a préféré fermer les yeux sur l’agression russe sur l’Ukraine et par-là même s’assoir sur ce qui constitue sa doctrine. Outre notre pays, il y a aussi la Chine, l’Ethiopie, le Soudan Sud, etc.

Cependant, le Sénégal, dont le vote est scruté puisque le pays assure la présidence tournante de l’Union africaine, a cette fois voté pour la résolution. À deux reprises, Dakar s’était abstenu, assumant une position de principe de « non-alignement » sur la politique d’un camp ou d’un autre. Mais l’Union africaine défend dans ses textes fondateurs l’intangibilité des frontières et l’inviolabilité de la souveraineté territoriale.

- Advertisement -

De plus, Dakar a été la première étape, il y a dix jours, de la tournée africaine du ministre ukrainien des Affaires étrangères. Dmytro Kuleba, deux mois après son homologue russe, s’est déplacé sur le continent. Après Dakar, il s’était rendu à Abidjan et à Accra avant d’interrompre son voyage pour rentrer en Ukraine lors des bombardements russes. Pour l’heure le ministre ukrainien a zappé l’étape Afrique du Nord. Dont l’Algérie, réputée pour sa proximité avec Moscou.

«Ne pas rester neutre »

D’autres pays africains sont restés constants dans leur position à l’Assemblée générale de l’ONU depuis le début de cette guerre. Sur les 19 abstentions de pays africains pour le vote pour condamner les annexions, figuraient notamment l’Algérie, le Burundi, le Congo-Brazzaville, la Guinée, le Mali, le Togo et l’Afrique du Sud, malgré les efforts diplomatiques des États-Unis. Le président Cyril Ramaphosa avait été reçu début septembre à Washington par son homologue américain Joe Biden.

La résolution a été adoptée avec 143 voix pour, 5 contre et 35 abstentions. Lors d’une conférence de presse en ligne avec les médias du continent ce jeudi, le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kuleba s’est félicité du résultat du vote, et a une nouvelle fois appelé les pays du continent à « ne pas rester neutre ».

LM./RFI

 

ARTICLES SIMILAIRES

25 Commentaires

  1. Le moins qu’on puisse dire, est que cet article est loin d’être impartial, mais on comprend un peu mieux qu’on voit qu’il est signé … RFI.

  2. Fidèle à la propagande du FLN avec l’URSS, l’Algérie n’a jamais critiqué la Russie dans ces constantes opérations militaires !
    C’est la même chose pour la Chine, elle peut maltraiter les Ouïghours, cela ne pose de problème d’oumma ! De plus, l’Algérie a donné son accord pour l’annexion de Taiwan, c’est pourtant un gouvernement indépendantiste démocratique qui est au pouvoir !
    C’est vrai que la Chine est une amie, le Maroc est le concurrent maghrébin et l’occident a toutes les tares même si on s’y précipitent pour y séjourner !

  3. Ainsi donc, si j’ai bien compris les propos des auteurs de ce texte, le Sénégal, en s’abstenant lors des deux votes précédents de l’Assemblée générale des Nations-Unies, aurait exprimé «une position de principe de non-alignement ». Tandis que la diplomatie algérienne, qui avait exprimé un vote similaire, qu’elle a réitéré une troisième fois, ne l’aurait fait que pour ne pas fâcher la Russie. Comprenne qui pourra! Nos commentateurs auraient, sans doute, été mieux avisés de s’interroger sur les raisons, ou sur l’origine des pressions, qui ont poussées Dakar à renoncer à sa «position de principe de non-alignement»!

  4. Admettons qu’il n’y pas de non alignement. Admettons que ceux qui ne connaissent pas l’adage kabichou qui dit : je hais mon frère mais je n’aime pas qu’on l’agresse. C’est y donc pas possible de dire je suis contre l’agression russe contre l’Ukraine, mais je n’aime pas plus qu’on agresse la Russie.

    Qu’on ne me dise pas que toutes ces fournitures d’armes à l’Ukraine c’est que pour l’aider et non pour affaiblir à mort la Russie.

    Moua je trouve que l’Algérie aurait dû faire plus que s’abstenir mais au contraire voter contre tpite résolution qui viserait à la condamner.

    Que font les pays occidentaux lorsqu’un des leurs alliés est sous le coup d’une condamnation ?ils s’abstiennent peu-être ?

    Puisqu’on est en plein supposage , ndja3louha , lahla iqqedar , qu’on est agressé par notre voisin de l’ouest la3ziz et qu’il est aidé par l’intiti , à votre avis isk l’occident voterait une résolution les condamnant ?

    L’Iran va plus loin non ?

    • Si, c’est bien ça, à peu de choses près, mais formulé autrement : le message adressé par le vote des pays non-alignés est qu’ils ne peuvent, par principe, apporter leur soutien à l’agression russe contre l’Ukraine, tout en faisant savoir à qui veut les entendre, qu’ils ne sont pas si mal informés, qu’ils ignorent que cette agression n’est que la conséquence, inévitable, des agissements de l’OTAN et de la CIA, entre autres, pour inclure l’Ukraine dans l’Alliance Atlantique, première étape du plan étasunien pour ravaler la Fédération de Russie au rang d’une « puissance provinciale », comme disait, joliment, Barak Hussein Obama.

      • Je parle, bien entendu, des pays Non-alignés stricto-sensu. Pas de la Chine, qui a un autre agenda, mais ça, c’est une autre affaire, ni même de l’Inde de Narendra Modi, qui est, comme on dit à présent, un pays à alignements multiples, en fonction de ses intérêts.

  5. C’est bien beau de voir la CIA, Si c’était la 1ere annexion pourquoi pas ? Mais il y a un précèdent avec la Crimée !
    L’opinion de certains pays africains comme l’Algérie ou Cuba, c’est de l’anti occidental primaire qui est lié à la colonisation et la population suit comme des moutons parce qu’ils ingurgitent une propagande des années 50 !
    ( Voir l’histoire de la formation de la Russie et de la Chine !)
    Idem pour la Chine et l’Inde et en plus il y a des intérêts économiques !
    L’intéressant c’est de voir l’opinion des pays qui ont connu l’urss et les pays voisins de la Russie !
    Ils sont rare à avoir voté neutre pour la Russie ! aucun pays en Europe ! la Finlande et la Suède ont même abandonné leur neutralité ! Cela montre bien que le Président à vie Poutine, est un dictateur dangereux ! Mais c’est vrai qu’il y a beaucoup d’ algeriens et musulmans en général qui adorent les # Hommes Forts (police, armée, religion) #, on le constate avec le succès du Sultan Erdogan et le nombre de dictatures dans les pays musulmans !

  6. Quel sens donner au vote ou à l’abstention de l’Algérie ? Est-ce qu’il reflète les intérêts de ceux qu’elle s’est donnée comme vocation depuis 1949, avant qu’elle ne soit conçue, puis chaque 20 ans, de réprimer, parfois dans le sang, et tous les jours à petites doses depuis 60 ? Est-ce les intérêts des dizaines de millions de hirakistes ? Serait-ce l’esprit des leaders qui l’ont rendue possible et qu’elle a assassinés ou exilés dès l’indépendance ?
    Mis à part une lecture tribaliste genre « lavons notre linge sale en famille », il est difficile de trouver un sens même en invoquons le non-alignement.

  7. Quand on lit les commentaires de certains, on est en droit de se poser la question suivante.
    Si votre pays était agressé par une puissance, seriez vous heureux de voir des pays s’abstenir de condamner cette agression?
    Inutile de nous servir les arguments  » OTAN ceci, OTAN cela etc… »
    Pourquoi est ce que la Russie de Poutine ne s’attaque pas à cette alliance?
    Il a peur de se faire défoncer en moins de deux.
    Selon le petit Staline, il serait plus aisé de s’attaquer à l’Ukraine et à son peuple, l’armée Ukrainienne aidée par son vaillant peuple, va lui faire comprendre qu’il a eu tort, les Ukrainiens vont chasser l’armée impérialiste Russe de leur terre.
    Vive les peuples courageux, à bas les peuples lâches!!!

  8. On parle aux mioches de vingt ans d’un temps qu’ils n’ont pas pu connaître.

    Et voilà, @ Mas At Dahmane, les nocs de la dernière averse qui accusent les vieux nocs que nous sommes de fonctionner avec un logiciel éculé. L’Otan , le Pacte de Varsovie, c’est du foin pour vieux nostalgiques, amers et aigris , qui lisent le présent dans le passé.

    Moi, je parlerais de  »pays non-concernés ». Il devrait y avoir un bulletin , de ce genre à l’ONU. Mais comme il n’y en a pas : l’Abstention n’est pas une posture si déshonorante. Uniquement la portion congrue, pour figurants.

    Pour une fois que nous sommes témoins de l’histoire et que nous n’avons pas besoin de celui qui a vu  »l’Ours » pour nous la conter et que nous avions dépassé l’âge des berceuses enchanteresses faut-ils encore nous laisser berner par tous ces comédiens érigés en spécialistes omniscient ?

    S’il ne s’agissait que de l’invasion de l’Ukraine je rejoindrais  »gaiement », le cortèges des orfraies , pour crier : A l’invasion ! À l’invasion ! A l’invasion ! C’est de l’invasion que nous vient tout le mal, tout le reste ne fait qu’en découler mécaniquement.

    La vraie histoire ne commence pas là , on nous en a occulté une bonne partie qui remonte suffisamment loin pour que nos mémoires de poissons rouges aient eût largement le temps de les amnèsier. Sinon qui peut oser nous faire croire ces grotesques bobards ?

    Qui croit que la Russie ne sait pas que la vraie guerre entre Occidentaux et l’Autre-Monde , si elle arrivait, se déroulerait comme en Ukraine en ce moment? Et sur le terrain où les occidentaux sont maîtres , pour aller leur prêter son flanc le plus consciliant?

    La vérité c’est qu’ils savent tous que Poutine joue à la roulette russe sur la tête des Occidentaux avec un chargeur vide, en veillant que son dérapage contrôlé ne lui échappe pas, ni aux Occidentaux d’ailleurs qui ont mit la patte méticuleusement .

    Pendant que nous autres malgré nous sommes impliqués , Russes et occidentaux , de guerre lasse cherchent leurs marques, alors que la Chine qui est peut-être l’enjeu véritable, suit malicieusement la mascarade, sans être dupe complètement, sans essuyer une seule goutte, même collatèralement.

    Mais ça, c’est l’autre histoire , celle qui échappe à mon entendement.

    • @Mas Hend Uqasi
      L’âge, ni le temps ne font rien à l’affaire, comme aurait dit le dinosaure Georges Brassens. Trop d’information tue l’information. De sorte que les gens pressés, jeunes et moins jeunes, se contentent bien souvent du prêt à penser qui encombre la toile, plutôt que de penser les choses par eux-mêmes, en recueillant et analysant les faits bruts à de bonnes sources. Lesquelles ne font surement pas partie des premiers choix suggérés par les algorithmes de Google, de YouTube et autres moteurs de recherche. Ces sources existent bel et bien, pourtant, pour ceux qui s’en donnent la peine. Voir, à titre d’exemple, le lien ci-après.
      https://www.youtube.com/watch?v=7zcLVrhI2lU&t=218s&ab_channel=%C3%89LUCID

      • Merci pour le lien.

        Je me sens quelque peu conforté par le récit de J. de Gliniasty qui dit en quelques mots que réduire ce problème de l’invasion de l’Ukraine à cette invasion stricto sensu , c’est le situer exclusivement au niveau zéro de l’analyse.

        Je ne connaissais de la Russie profonde que ce que Tolstoï, Dostoïevski, Pouchkine, et Gogol m’en ont appris. J’ignorais tout de son histoire ancienne.

        Bien sûr que cette histoire ancienne éclaire un peu plus notre vision, mais je crois qu’elle ne la détermine pas vraiment. C’est un peu trop broussailleux pour ma pauvre cervelle d’abruti, mais tout n’est pas à exclure , il y a la fibre impérialiste, au sens de vieux empires, à retenir. C’est à mon sens dans le rapport,de force, à l’Occident que se situe la problématique. Quand je dis « Occident » il faut entendre U.S.A, évidement.

        Je pense que le choc de ces deux vieux impérialismes anachroniques mais persistants qui a atteint ses limites et qui se traduit par une inflammation distale, qui fixe notre regard , sans être la véritable maladie. C’est surtout à ça que sert l’Ukraine , même si celle-ci tenace à outrance, joue son propre jeu, et dont on ne saurait dire qu’en attendant elle ne pèse pas son poids de nuisance et en capacité à troubler le jeu.

        En attendant le troisième larron qui fourbit ses propres armes .

        • Vous voulez dire, en attendant les choses sérieuses, c’est à dire l’affrontement théorisé par le stratège états-unien Graham Allison dans son livre : « Vers la guerre. L’Amérique et la Chine, dans le piège de Thucydide? »!

          • Thucydide , sa guère du Péloponnèse, si ma mémoire est bonne. C’est pas du Homère mais c’est de la vraie histoire. Les as du twetos dirontu’on radote avec nostre culture de vielles carnes.

            Quand je ne cherche pas à faire de la prose pour séduire le quidam il m’arrive souvent de chercher dans ma mémoire profonde de quoi me bidouiller une opinion à propos d’événements actuels qui m’y renvoie, quand je ne me fie pas exclusivement à mon instinct primaire rien que pour le plaisir personnel, comme Onan.

            Il m’arrive aussi, pour me mettre à jour, ou pour ne pas être largué complètement, de suivre le troupeau qui lui fait ses courses chez le Big-data de chez Gougueul où on va à la pêche à l’information comme on va au super- marché , la moindre frappe vous conduit d’abord tout droit vers les sites commerciaux. Tapez A et Amazon apparaît en premier, sinon c’est un autre site marchand plus près de chez vous.

            C’est ainsi qu’on veut nous faire croire que l’Ukraine est un pays occidental comme l’Allemagne en mieux disant. Ce n’est pas l’économie marchande qui a avalé les pays baltes c’est la culture. L’ukrainien ne serait qu’une langue germanique slavisé ou peut-être même pas, ce n’est que son alphabet latin qui a été cyrillisé, à peine. Oui , oui, Môssieur, si la Russie ne l’avait pas retenue , durant l’ère soviétique l’Ukraine serait aujourd’hui entre la suisse et l’Allemagne et peut être m^me à leur place carrément. Pendant que la propagande pro-ukrainienne bat son plein de couleuvres frétillantes , pour nous faire croire que l’agression russe n’est en vérité qu’un essai en vue de coloniser l’Occident , les Ukrainiens eux vont plus loin et osent nous raconter que ce n’est même pas que pour l’Ukraine qu’ils se battent , mais pour l’Occident qui ,lui, vautré dans la luxure, est trop lâche. Qui a donc donc dit: guerre par procuration ?

            Et comment l’envie de me replonger dans mes classiques ne me reviendrait-elle pas quand j’écoute et je lis ces balivernes assener en boucle, comme le takrir chez l’Imam Lvachir Ghafour grâce à qui j’ai appris mes premiers versets coraniques , sur la plante des pieds.

  9. Vous n’y allez pas de main morte, en affirmant que « si la Russie ne l’avait pas retenue durant l’ère soviétique, l’Ukraine serait aujourd’hui entre la Suisse et l’Allemagne et peut être même à leur place carrément ». Outre que le cours de l’Histoire est, hélas, irréversible, j’observe que votre propos rejoint, à peu de choses près, les ambitions des gens actuellement aux manettes à Kiev. Sauf qu’ils feignent d’ignorer que l’Ukraine historique à laquelle ils se réfèrent, se réduisait à ses deux provinces de l’ouest : la Galicie et à la Volhynie. Quand à l’Union soviétique, elle a plutôt rattaché à l’Ukraine des territoires qui ne lui ont jamais appartenus, à savoir, les provinces de l’est de la Novo Russia, y compris Odessa, et la Crimée, qui fut arrachée par la Russie à l’Empire ottoman.

    • «arrachée» ou «libérée» par le la Russie à/de l’emprise ottomane ?
      N’est-il pas temps pour nous de regarder le monde de notre point de vue d’ex ottomanisés de force ou d’empêchés d’aller de l’avant par les mêmes ottomans, durant 3 siècles et plus ?

      • Je n’ai aucun problème avec votre correction. Même si je doute que la population tatare de Crimée ait réellement vécu le passage du joug ottoman, au joug russe, comme une libération. La suite lui prouva que non. Pour le reste, détrompez-vous, je pense, comme vous, que la présence ottomane sur une partie de notre territoire national fut une occupation étrangère, imposée par les armes, même si celle-ci n’avait rien de commun avec la violence extrême de la colonisation française de peuplement, qui alla jusqu’à envisager la « solution indienne » pour nos populations.

        • Evoquer la domination ottomane de certaines parties de l’actuelle Algérie ne dédouane pas la colonisation française.
          Je dis juste que le pouvoir algérien nous fait perdre la lucidité par ses discours légitimés révolutionnaires puis islamiques. En quoi son non alignement est celui des algériens ? Il est juste, il faut le reconnaitre, expert en manipulation des concepts. Le non alignement de 1955 n’a rien à voir avec le recherche de protecteurs de l’après 62.
          Nous n’avons pas de passif avec les russes; on en a avec les ottomans. On peut en effet se permettre la « position juste » mais tant que les écoles turques ne pullulent pas dans les villes algériennes et qu’Erdogan ne louvoie pas sur la région. En attendant, nos cicatrices nous disent que les ottomans sont des étrangers hors leur Asie centrale d’origine. Pour les russes en Crimée ou ailleurs, nous n’avons pas sous nos latitudes ce genre de capteurs émotionnels.
          Pour l’histoire, si les habitants d’Alger, les notables précisément, ont appelés les corsaires à leur secours, tant mieux ou tant pis pour eux. Mais la domination du reste du territoire était une affaire de piraterie.
          Je suis d’avis qu’il faut prendre le modèle des Ait Abbas qui ont alternativement, à plusieurs reprises, pris parti pour les Espagnols puis pour les Turcs. Eux, avaient encore de la lucidité à l’époque.

          • Les principes du non-alignement, à commencer par le premier d’entre eux, celui du droits des peuples à disposer d’eux-mêmes, ne sont plus, hélas, que des produits d’exportation pour nos dirigeants autoproclamés. D’accord avec vous : les Etats bien avisés n’ont d’autres alliés que ceux dont les intérêts convergent avec les leurs. Vous parlez, à juste titre, du Royaume d’At Abbas ; je vous citerais, concernant toujours notre pays, un bien plus ancien exemple, celui du Royaume de Massinissa qui s’allia à ennemi potentiel éloigné, pour se prémunir contre les menaces immédiates d’un ennemi proche.

    • Dans son premier discours au lendemain du lancement de son «opération militaire spéciale», le Président Vladimir Poutine pointait la responsabilité historique de Lénine, puis de Khrouchtchev qui, croyant l’URSS établie pour l’éternité, et dans le but explicite de fidéliser la République soviétique d’Ukraine, lui avaient, par Oukases, transféré des territoires russes depuis plus de trois siècles, pour le moins.

      • Je ne vois pas la situation du point de vue des frontières. Si on prenait en considération la formation des frontières et des états , aucun pays n’aurait de légitimité. Des tribus et des peuples on été séparés par des frontières , d’autres se sont constitués par la force. Aucune nation dans ce monde ne s’est constituée par la volonté des peuples.Tous les territoires qui composent les nations ont été conquis. Pour ma part je pense que les territoires n’ appartiennent à personne , pas plus à l’homme qu’au lézard qui est né sur le même territoire. Les droits des peuples sont une fumisterie. Sans la Russie , l’Ukraine pourrait attendre 50 ans aux portes de l’UE, pour qu’elle daigne seulement étudier son dossier.

        Poutine n’avait aucune légitimité à envahir l’Ukraine, et l’Occident n’a pas plus d’arguments à la défendre. Et ce n’est de toute façon pas la véritable raison qui poussent les uns et les autres au conflit.

        C’est la position dans la nouvelle configuration du monde qui pousse les uns et les autres à se positionner. La guerre en Ukraine n’est qu’un jeu de positionnement.

        C’est que le nouveau monde ne peut pas être produit par un consensus parce que les antagonismes et les rivalités politiques , économiques , et culturelles, poussent à l’antagonisme. C’est donc du rapport de force que naîtra ce nouveau monde. D’un Yalta nouveau.

        Sauf qu’il y a le troisième larron qui risque de troubler le jeu.

        • Je crains de ne pas pouvoir dissiper notre malentendu. Vous avez raison dans l’absolu et dans le très long terme, puisque rien n’est éternel, et que nous avons la certitude que toute vie sur Terre s’éteindra dans près de 3 milliards d’années. Je me borne donc, modestement, à considérer les choses à un niveau bien plus prosaïque, ici, et maintenant, dans le monde tel qu’il est, avec l’homo sapiens tel qu’il a toujours été, à la conquête de son espace vital qu’il délimite, au besoin, par la force, à l’instar de tous les mammifères, ses semblables, par des frontières, qu’il défend becs et ongles. Avec le temps, et cette belle invention de l’esprit humain, je veux parler de la civilisation, ces espaces vitaux sont, cahin caha, devenus des Nations avec des frontières reconnues, tandis que becs et ongles ont mués en armes de destruction massives que vous savez.
          Qim di talwit

          • Un dernier mot, et je m’en vais .Parole de scorpion.

            Outre que c’est urbi et orbi que je cause et comme vous le dites si joliment: « dans l’absolu ». Il n’y a rien de personnel. Ipi y’a kamim des jas qui nous regardent.

            Mais non , ce n’est pas vous qui êtes en cause, vous vous avez été d’une limpide clarté.

            Je crois qu’effectivement que j’ai un don pour me faire mal entendre , et que trop souvent j’agace à force d’entêtement. Je ne sais pas ce qui me prend à prendre les problèmes à l’envers rien que pour enquiquiner et polluer l’atmosphère. Mais je jure que je ne le fais toujours pas exprès.

            Je ne fais pas dans la simplicité , je suis tout simplement sur un autre fil. Non parce que je cherche la contradiction mais parce que je pense que c’est par ce bout qu’il faut pendre le problème, en toute honnêteté intellectuelle. Je crois plus aux forces de la matière qu’à celles de l’esprit. Même si je suis convaincu que l’esprit n’est que matière lui aussi.

            En quelque mots ce ne sont pas les problèmes ethniques , ni même territoriaux qui expliquent ce conflit.

            L’Ukraine , peuple ou territoire , ne protège ni la Russie contre l’occident ni l’Occident contre les missiles supersoniques russes. Si Poutine avait réussi à conquérir l’Ukraine en une semaine comme il a cru pouvoir le faire, personne n’aurait levé le doigt ou fourni quoi que ce soit pour protéger Zelensky. Au début de cette guerre l’UE était frileuse et les Américains n’ont voulu offrir à Zelinsky qu’un taxi.

            Le problème de Poutine c’est qu’il y est allé avec désinvolture et a ainsi prêté le flanc à la riposte occidentale parce qu’il n’a pas pris au sérieux ce problème.. De mon point de vue il n’avait nullement besoin d’occuper l’Ukraine ni de balancer ses missiles comme nos tangos leurs wintah-tah pendant la décennie noir. Je ne sais pas si Poutine va s’entêter ou changer de stratégie , ni ce que sera l’issue de cette guerre dans un an ou à long terme, ni même si elle aura des conséquences géopolitiques ou pas. Mais j’ai l’impression qu’il a changé de stratégie, peut-être grâce à l’Iran.

            C’est le Capital qui a avalé les ex-républiques soviétiques et non les armes, et je ne pense pas que la fédération de Russie fera le,poids longtemps contre ça si elle ne le comprend pas. La chine, elle, l’a très tôt compris avec sa  »route de la soie » . J’aurai pu écrire  »soie » sans  »e ». Mais Sidna le Modéro qui aime les omelettes n’aurait pas laissé passer mon post car il n’aime pas ce genre de subtilité langagière.

            Tura qim di talwit ula d’ketchini.

            • Ur yeqers u yeddid, ur nɣilen w aman. Akken yeqqar Jeddi ad fellas yafu Rebbi.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Affaire de l’assassinat de Djamel Bensmaïl : le maire de Larbaa Nath Irathen saisit le ministre de la justice

A Larbâa Nath-Irathen (20 km à l’est de Tizi-Ouzou), la population sort peu à peu de l'effet de sidération dans lequel ils étaient plongés...

Les plus populaires

Commentaires récents