21 avril 2024
spot_img
AccueilA la unePour un sursaut des forces démocratiques

Pour un sursaut des forces démocratiques

Hirak
Printemps 2019, quand le peuple algérien réclamait un changement du système politique.

Le 22 février 2019, le peuple algérien a exprimé clairement et massivement sur tout le territoire national son aspiration au changement démocratique et sa volonté de recouvrement de sa souveraineté.

Après près de cinq années de Hirak réprimé, de militants harcelés, embastillés, violentés, torturés, lourdement condamnés, de familles en souffrance et d’exils forcés, le pouvoir politico-militaire est aujourd’hui dans une impasse historique mettant l’Algérie en grand danger existentiel.

 La pacification de façade obtenue par la terreur a réduit le pays au silence et au désespoir et l’a vidé progressivement de ses forces vives. Les hameaux, villages et quartiers urbains sont inexorablement désertés par une jeunesse sans avenir, qui cherche à vivre ses rêves sous d’autres cieux, souvent après des voyages  périlleux pour leur vie. L’hémorragie de l’élite, la répression de toute réflexion et la persécution de l’intelligence se rajoutent pour fragiliser si besoin le maigre capital de chercheurs et de compétences vitaux pour la  Nation.

Droits humains en Algérie : constat accablant et recommandations de Mme Mary Lawlor

 La rupture avec le peuple est plus que jamais consommée et la poursuite sans aucun répit de la répression démontre l’ampleur de la crainte du régime qui ne se maintient que grâce au tout sécuritaire. Conscient de son illégitimité et de l’échec de l’Algérie nouvelle dans tous les domaines : droits humains, économie, social,  éducation, santé, culture, sport et diplomatie, le pouvoir est de plus en plus fébrile et sur la défensive, évitant tout contact avec les populations, poussant sa pusillanimité jusqu’à se sentir menacé par la simple parole d’un jeune poète.

- Advertisement -

Les rares manifestations organisées en sa faveur s’appuient essentiellement sur sa clientèle proche et sur des groupes de marginaux peu recommandables tout en exhibant quelques rares trophées obtenus par la trahison d’ex-hirakistes corrompus.

A l’étranger, ses supplétifs organisent des rassemblements de soutien au régime sous prétexte de célébration de dates symboliques alors que ces manifestations sont interdites dans le pays. Un projet de rassemblement de la  diaspora à des fins de propagande et de prédation est annoncé par des relais du pouvoir dont une figure médiatique aux antécédents douteux.

Sur le plan institutionnel, l’élection présidentielle devrait avoir lieu à la fin de cette année 2024. Cette échéance a toujours été le moment clé du système pour procéder à sa propre succession en réglant à sa manière les conflits du sérail pour se maintenir aux commandes du pays. Ignoré, le peuple sera appelé à entériner la décision choisie par un vote factice.

Cependant, la situation de blocage actuel fait douter même du respect de cette échéance. Sans adhésion du peuple, sans vision politique et sans aucune ouverture des champs politiques et médiatiques, la difficulté pour le régime est aggravée par l’impossibilité de reproduire l’illusion d’une élection plurielle, contrairement aux élections précédentes qui permettaient une certaine ouverture de l’expression publique pour formaliser un pluralisme de façade. Comment assurer, en effet, un semblant de campagne électorale quand toute expression est interdite et que la moindre proposition d’un changement de gouvernance tombe sous le coup de l’article 87 bis du code pénal, en l’assimilant à du terrorisme ?

A propos du Hirak : le silence populaire

À quelques mois de l’échéance présidentielle, aucune annonce ou solution n’est perceptible, indiquant que ce système, en incapacité  structurelle de changement, ne sait que faire pour se renouveler et qu’il est arrivé au bout de sa logique et au terme de son temps.

 Face à cela, l’opposition n’a pas réussi à construire une alternative politique forte et crédible pour le peuple algérien.

Plus à même de porter la revendication de changement démocratique du Hirak, le camp démocrate a failli. Il est vital d’en rechercher les causes, de faire une autocritique courageuse et ne pas se complaire dans la victimisation facile.

Cet événement historique majeur de février 2019 qui a exprimé un désir de démocratie de millions d’Algérien.nes qui vaut un référendum, a- t -il été pris en compte dans sa pleine mesure et sa signification profonde? C’était pourtant une opportunité historique inédite offerte à ce courant politique pour constituer une puissante assise populaire en capacité de porter un véritable projet démocratique du peuple algérien.

Mais, malgré la présence de quelques personnalités politiques intègres et courageuses et de l’engagement de militants sincères, la classe politique démocrate s’est plutôt enlisée dans ses intérêts partisans et ses logiques d’appareil sans acter une véritable rupture jusqu’à céder, pour certaines formations, aux manœuvres de division et de récupération.

Dans une position attentiste de l’agenda du pouvoir lui assurant une place dans la périphérie du système, ayant perdu le sens du combat et de l’initiative et se contentant d’accompagner le Hirak en arrière-garde, l’opposition politique n’a pas réussi à jouer son rôle et son devoir de traduction politique et de combat en tête pour l’aspiration du peuple à une « Algérie libre et démocratique ».

L’échec de l’initiative du Pacte des forces de l’Alternative démocratique (PAD) qui avait généré un grand espoir, montre que les solutions n’ont pas été à la hauteur des enjeux de la nouvelle donne révolutionnaire induite par le Hirak. Cette tentative de rassemblement des forces démocratiques n’a pas pu relever le défi de la recomposition politique nécessaire pour répondre aux exigences de l’heure incarnées par un Hirak qui regardait vers d’autres horizons, et qui, dans une exigence de rupture avec l’ordre ancien, appelait à une pensée nouvelle et ne plus faire du « neuf avec du vieux ».

PADA est convaincu que la solution est toujours dans le rassemblement des forces démocratiques qui doivent s’atteler sérieusement à travailler sur une alternative politique à proposer au peuple algérien et fondée sur les idéaux du Hirak.

En se référant aux revendications principales du mouvement populaire, portant sur les fondamentaux démocratiques, sur une communauté de destin et une transition pacifique, il est possible de constituer un socle politique pour un projet qui réponde aux aspirations du peuple, car il est vain de trouver des solutions ailleurs.

PADA considère que l’urgence, aujourd’hui, n’est pas l’élection présidentielle maintenue à échéance ou reportée, mais d’aller, malgré les entraves, à la construction d’un pôle démocratique qui soit porteur d’une vision de l’Algérie rêvée du Hirak, avec une pensée et un discours politique traduisant cette espérance, pour une offre politique supra-partisane structurée en une force politique capable d’imposer la nécessité d’une transition démocratique.

PADA est convaincu, par ailleurs, que le mode de gouvernance qui convient à l’Algérie n’est pas le régime présidentiel actuel. Le régime parlementaire, plus conforme à notre société, serait le plus à même de nous prémunir des dérives autoritaires du présidentialisme, de respecter la souveraineté populaire et de traduire la pluralité de la Nation.

Hirak : quand Rahabi accuse Gaïd Salah !

PADA, en cette cinquième année de Hirak, appelle à ne pas perdre espoir. La désillusion, le désenchantement, la déception et la peur sont certes compréhensibles, mais il n’y a pas de fatalité. Que les patriotes algériens trouvent ensemble des solutions pour arrêter cette descente aux enfers du pays pour en changer le  destin et démontrer que cette belle Algérie, donnée à voir au monde entier en cette année 2019, est une Algérie bien réelle.

Libération de tous les détenu.es d’opinion !

Vive l’Algérie libre démocratique et plurielle !

Paris, le 22 février 2024

Pour une Alternative Démocratique en Algérie (PADA).

13 Commentaires

  1. Il n’y a de sortie que la greve generale. Ni opposant, ni electeur. Moi les cons qui sont aux manettes me donnent de l’espoir. Ils ouvrent leur gueule de kleb contre Israel et les USA. Esperons demains, contre la France et meme les Russes… Au bout de 3 a 4 telles exhibitions, c’est comme le Lotto, vous allez guagner, les etoiles s’aligneront et les algeriens arriveront enfin a se mettre dans le viseur de l’OTAN. Une fois la racaille aux chiottes, il y aura probleme. A ce moment-la, il y a un probleme a reflechir. Le faire maintenant, c’est de la masturbation futile. Je ne vois ni fatima, ni mouha, ni francoise ou hlima a l’horizon…
    Cela dit, si vous vous presentez vomme lievre, je serais heureux de faire cadeaux de quelques plombs.

    • Je vous laisse le choix du calibre. 54mm a bien marche’ pour osama, ca pourrait vous convenir aussi. Si je n’avais pas connu Alger dans les annees 60 et 70, la seule gueule de la boukharoubette, 100% PD, je vous aurais cru – mais helas, j’ai connu ses CRS, ramene’s par centaines dans leurs jellabas, mal rase’s, un turban sur la tete comme des afgans sauvages, et entasse’s dans les gourbis dans les ghabas autour d’Alger. Puis, boukharouba creuva et ils trouverent chemin vers les garage-mosque’es. Un vieux pretre Europeen disait a tous les zinzins qui lui passaient sous la main, « je vous connais et reconnais! » Il a donne’ sa vie a l’Algerie, mais les Algeriens ont trouve’ plus juste de lui voler le peu qui lui en restait.
      Pour finir, je vous le dis: Il ne suffit que le betail soit grand en nombre pour en faire un Peuple.
      Vive la Kabylie Libre et INDEPENDENTE.

      • cette diarhée pauante et odieuse d’ un vulgaire séparatiste_renégat révéle la putréfaction de ton esprit malade .
        les faschistes makaks n ont plus honte de rien,ils ne rasent plus les murs,mais sortent de leurs trous de rats pour venir à l assaut de la terre qui les a vu naitre.,en attendant que leurs parrains de l otan et autres viennent faire le sale boulot pour eux ,les laches.
        cette vermine malak ose s attaquer contre l ALGERIE DE NOVEMBRE.
        ON AURA TOUT VU .

        • Diarhee? Bon appetit !
          Separe’ de la mdr de service? Non, pas possible, je n’y ai jamais ete’, je n’en ai jamais fait partie. L’esprit malade est celui qui defend ceux et tout un systeme qui le pietine jusqu’a la negation totale. Vous avez besoin d’un traitement psychiatrique. Il n’y a d’autre question dans la vie que celle d’etre ou ne pas etre. Toutes les autres, ne sont que detail. Je suppose que vous etes d’age adulte et combien triste que semblez n’avoir jamais existe’ que sous les pieds de cette vermine de regime. Je ne suis pas un MAKiste, ni meme independentiste, la Kabylie ne m’interesse pas. Ils ont cependant mon respect total, comme celui que le monde entier a envers les Martyrs de l’ALN, qui n’a rien a voir avec cette bande d’imposteurs et malfrats qui s’en sont empare'(de ce respect merite’) pour se faire de gros ventre et jouer au Sherriff avec les veuves et orphelins de reels combattants. Ce sont ces orphelins qui continuent de mener le combat de leurs peres et arrieres grand-peres… ce qui n’est visiblement pas le cas. Novembre n’appartient pas a ces rats d’egoux qui pietinent des civils, ni a ceux de votre genre qui les soutiennent et defendent. « la terre qui a vu naitre et tout le bla bla bla … faut le raconter a des enfants qui n’ont encore rien vu ou a d’autres ecervele’s de votre genre. Cette terre dont ne connaissez que le sou-sol est salie et a besoin d’etre lave’e et ses enfants libere’s. Cette terre est sous occupation et domination et ses enfants reduits a des tubes digestifs agenouille’s pour les garcons et en sac de poubelle pour les filles – sans avenir ni perspective. Des wesh wesh khos !
          Vous les encouragez de loin, car vous avez reussit a bien quemander, ce qui n’est pas mon cas. Je ne leur suggere point de mener quelconque bataille, ni dans les macquis ni meme dans la rue, pour des parasites a l’etranger. Je ne leur suggere rien, ni sursaut ni meme de s’en foutre de ce que votre espece de planque’s aboient. Ce regime est suicidaire et tot ou tard, s’il ne provoque sa propre faillite, il lui restera le suicide deluxe, car l’OTAN est tres chirurgicale. Tout indique que c’est son chemin. Mais, si vous etes presse’s, Gaza est un champs ouvert 7/24. Ne comptez surtout pas, ni sur les Arabes encore moins les Russes ou les Chinoix. Ne vous inquietez pour la bouffe, on vous en servira du Kosher gratuit et a gogo.
          Finalement, oubliez Novembre, ses Hommes ne se sont jamais agenouille’s, ils sont tombe’s les armes a la main – pour beaucoup d’entre-eux, trahis par les aine’s de ce regime destine’ a tomber d’une maniere ou d’une autre. Vous venez d’exhiber le veritable visage de ce regime, lequel est la cible de mon commentaire. Vous vous attaquez a un civil – marque de votre ADN.

        • @ Azdayrii, En ce qui me concerne, j’ai du mal à faire la différence entre eux et les mococcos, moxaznis, qui pullulent sur ce site. Ils ont les mêmes éléments de langage, un langage bien fleuri, qui révèle leur niveau d’éducation. Quant à attendre d’eux arguments, raisonnement intellectuel et hauteur de vue, nous aurons plus de chance d’y parvenir, à essayer de dresser les ânes à sentir les roses que d’espérer de ces gens-là un quelconque effort qui ferait honneur à leur statut d’être humains.

          • Comme quoi, vous etes different des Marocains? Noooo, pas en bolitik. Les Marocains gagnent leurs vies par l’effort, vous a cirer les bottes et a bla bla’er, c.a.d. petre d’en haut.

            • Pas différents en politique, en effet. Même régime, me si les uns se disent républicains et les autres monarchistes. Mais en génuflexions. En soumission, oui. à des niveaux différents, je te l’accorde. Les marocains ne gagnent pas leur vie; ils sont des serfs qui se contentent de miettes.

        • Pour Azairi,
          Ceux qui devront raser les murs c’est bien ceux qui décident pour le pays avec leurs larbins opportunistes, les destructeurs de notre pays et sa cohésion , les traîtres du serment de novembre et de ses martyrs.
          Je crois vous manquez d’honnêteté et du sens analytique pour désigner les vrais ennemis de notre pays.
          Vous êtes l’exemple type de la décadence morale et intellectuelle algérienne , un vrai produit du système.
          Vivement la genèse d’une deuxième république algérienne libre , démocratique et plurielle.
          Vive la Kabylie.
          Liberté pour la totalité des prisonniers , les symboles du courage et de la dignité contre l’oppression et l’injustice.

    • @ Locco. Zenzagh ken yemma-k a mmis n lehram. Toi et moi, nous n’avons pas le même combat. Par conséquent, je ne pourrais être traître à ta cause, qui n’est pas la mienne. Tu ne parles même le kabyle correctement ay aghyul.

      • Nous y voila, au coeur du sujet !
        L’attitude que vous manifestez envers quelqu’un qui n’a pas recu d’instruction/apprentissage de sa langue maternelle, « <officielle aussi." – Et quelle est votre reflexe reptilien, c.a.d. de serpent? – profiter pour passer un coup L A C H E.
        Les personnages du regime(personnages car pas des hommes et regime car illegitime) vous ont bien nourrit et formatte’ – et c’est pour ca qu’il perdure…

        • @ Valhalla. Vous ont bien nourri ( et non pas nourrit). En matière de dysenterie, maladie liée à la malnutrition, vous devez en savoir quelque chose chez vous. Je n’ai pas de leçons à vous donner. Pour le reste, quand on se dit Kabyle, soit on maîtrise la langue, soit on est imprégné de ses valeurs. La Kabylité, c’est une langue et des valeurs (surtout). N’est pas Kabyle qui veut. Les Kabyles, les vrais, sont au dessus de la mêlée. Le maxzen est le mal absolu.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents